De la race à l’évolution. Paul Broca et l’anthropologie française. 1850-1900. (Claude Blanckaert)

claude-BClaude Blanckaert, De la race à l’évolution. Paul Broca et l’anthropologie française. 1850-1900.

Collection Histoire des Sciences humaines

ISBN : 978-2-296-10511-9 ; 616  pages

La Société d’anthropologie de Paris a été fondée à la fin de l’année 1858 par le médecin Paul Broca pour promouvoir, selon ses statuts, « l’étude scientifique des races humaines ». Elle connut un succès rapide et durable. La préhistoire naissante et les audacieuses hypothèses de l’Origine des espèces de Charles Darwin s’associaient dans l’esprit savant à la lourde discipline de l’anthropométrie. Le temps de la terre et le temps des hommes se voyaient réconciliés, avec cette conséquence inattendue, vite enregistrée, que l’homme n’est ni de « création » récente ni isolé dans la chaîne des êtres vivants. Dès les années 1860, les anthropologues discutaient des crânes et du peuplement européen, de l’homme des cavernes et du gorille, de Boucher de Perthes et des progrès de la civilisation. Et l’on doutait peu qu’enfin l’homme se connût lui-même dans sa « nature », ses origines et la disparité tant physique qu’intellectuelle de ses « races ».

Par ses enjeux de connaissance, l’anthropologie semblait braver les interdits des autorités religieuses et morales traditionnelles. Cette science d’ouverture s’offrit alors d’elle-même au jeu des querelles méthodologiques, doctrinales et philosophiques. Paul Broca rallia à son programme nombre de savants libres penseurs ou positivistes mais également gobiniens, phrénologues et spiritualistes qui tous communiaient dans un même questionnement en divergeant radicalement sur les points en litige. Le premier demi-siècle de la Société d’anthropologie fut celui des affrontements, des préjugés et du choc des traditions culturelles. Ces épisodes de controverse, récurrents ou ponctuels, scandent la vie mouvementée de l’anthropologie française des années 1850-1900. Ils sont ici analysés dans leur complexité et leur devenir, tels qu’ils ont configuré les imaginaires de l’humain, de la statique à la dynamique, de la race à l’évolution des sociétés.

Claude Blanckaert est directeur de recherche au Centre national de la Recherche scientifique (Centre Alexandre Koyré, Paris). Président honoraire de la Société française pour l’histoire des sciences de l’homme, il en anime, en collaboration, le séminaire (« Histoire des sciences de l’homme et de la Société ») au Centre Alexandre Koyré depuis sa création. Co-directeur de la Revue d’histoire des sciences humaines, il dirige la collection « Histoire des sciences humaines » chez L’Harmattan depuis 1993.

Site internet de l’éditeur et commande en ligne : http://www.editions-harmattan.fr

Vous pouvez aussi commander cet ouvrage chez votre libraire habituel

Table des matières

introduction

Une science imprudente

Du bon usage des controverses

L’équation institutionnelle de l’anthropologie

Paul Broca entre légende dorée et légende noire

Allégeances et transgressions : quelles philosophies pour l’anthropologie ?

La promotion de l’anthropométrie

Questionnaires et manuels de terrain

Avertissement

les héritages raciologiques

Chapitre I. L’esclavage des noirs et l’ethnographie américaine : le point de vue de Paul Broca en 1858

L’école américaine d’ethnographie et les Français (1855-1860)Le « plaidoyer polygéniste » et négrophobe de Broca en 1858 – « Pour l’honneur de la nature humaine »

Chapitre II. Métissage et civilisation

« La grande et unique famille de notre genre humain » – Le métis, monstre de la nature humaine – Homœogénésie et hybridité – « La patrie n’est pas en danger » – Un front gobinien à la Société d’anthropologie de Paris – L’eugénisme des races, problème de « premier rang »

le paradigme anthropométrique

Chapitre III. La méthode des moyennes en anthropologie physique

La « mesure de l’homme » dans la première moitié du xixe siècle : les niveaux de résistance – Paul Broca « numériste » – Modèle chimique et géologie des races

Chapitre IV. La mesure de l’intelligence

Une explosion philosophique – Le chiffre de la vie : la beauté du cerveau selon Pierre Gratiolet – Le règne du Verbe –

Races sociales et races sauvages – Consensus et déconstruction – La topographie cranio-cérébrale à l’épreuve – L’avenir d’une illusion

Chapitre V. Le « manuel opératoire » de la raciologie

« Nous sommes d’hier et nous sommes partout » – Le sauvage nu et le gladiateur – Les instructions générales pour les recherches et observations anthropologiques (1865) – « Mettre l’anthropométrie à la portée de tous » : Topinard contre Broca – Un obstacle épistémologique : l’enquêté – Le choc des programmes : les « trois termes de l’anthropologie »

Chapitre VI. Légendes aryennes. L’indice céphalique et l’ethnogénie européenne

« L’ethnologie au point de vue de la forme du crâne osseux » : Anders Adolf Retzius – Paul Broca et la critique méthodologique de l’indice crânien – La querelle des origines européennes – L’Aryen, langue ou race ?

controverses évolutionnistes

Chapitre VII. La division des anatomies

Contre le Règne humain – Le « transformisme humain » : du darwinisme au parallélisme d’évolution des races – Notre « admirable contemporain ». Vogt, James Hunt et l’ethnologie anglaise – Pied et main : « la torture des anatomistes »

Chapitre VIII. Le procès du singe et l’ordre des primates

Le motif blainvillien : « une sorte d’analyse écrite par Dieu même » – Critiques de la « loi du développement inverse » – La qualité et la modalité : l’homme, animal transfiguré – De l’ébauche au type achevé

Chapitre IX. La « nuit des origines ». Broca juge de Darwin

« En ma qualité de polygéniste… » – S’affranchir du surnaturalisme – Les mirages du darwinisme – Permanence des types, variabilité de l’espèce ? – Le rôle créateur de l’hybridité – Série morphologique et « centres de création » – « Au nom de l’intérêt de la race »

Chapitre X. Des sauvages en pays civilisé

Des hybrides criminels – Une anthropologie des classes dangereuses est-elle possible ? – Léonce Manouvrier : pour une « phrénologie vraiment scientifique » – L’anthropologie, entre science pure et anthropotechnie

Chapitre XI. Fortunes de Lamarck

Une « gloire française » – Le milieu créateur – Pour une mésologie sociale

philosophies de l’anthropologie

Chapitre XII. L’anthropologie « positiviste » en France. Un artefact historiographique ?

Une saine philosophie – Un positivisme par excès ou par défaut ? – Le différend. La place de l’anthropologie dans le système des sciences – Un rendez-vous manqué

Chapitre XIII. Les prémices de l’anthropologie culturelle

« Une lacune qu’il est temps de combler » – Le conflit des interprétations – De la « vie mentale des races » à l’évolution culturelle de l’humanité – Un questionnaire positif – « Fixer les caractères de cette pauvre humanité inférieure »

Chapitre XIV. Le palais du genre humain

Séculariser le champ des études morales – Une encyclopédie vivante – La biologie du genre humain – L’ethnographie au pied du mur – Une union fédérative de sciences autonomes – Ordre et progrès. L’individualité de l’anthropologie selon Léonce Manouvrier – L’obstacle universitaire

Bibliographie

Index des auteurs cités



Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *