Thèses en histoire de la médecine

Thèses d’histoire de la médecine (depuis 2004)

Recensement  réalisé par Hervé GUILLEMAIN

Sélection des thèses avec un volet d’histoire des sciences, pas de reprise des thèses d’histoire institutionnelle (histoire des hopitaux, etc.)

 

 

Du corps médical au corps du sujet : étude historique et philosophique du problème de la subjectivité dans la médecine française moderne et contemporaine

par Alexandre Klein – doctorat philosophie soutenue 2012, univ lorraine ( V Barras au jury)

Résumé

La médecine connaît actuellement en France une crise de ses repères et de ses valeurs conséquente aux bouleversements scientifiques, techniques et sociologiques qu’elle a connue au cours du XXe siècle. Cette thèse vise à explorer les tenants et les aboutissants de cette situation, à partir d’une étude historique et philosophique de l’émergence et du développement de la médecine française moderne puis contemporaine, entendue à la fois comme profession, discoursscientifique et pratique sociale. De la formation du corps médical à l’apparition d’un discours autonome des usagers de santé, nous défendons l’idée selon laquelle la genèse et l’évolution du discours médical, depuis le XVIIIe siècle jusqu’à nos jours, repose sur sa capacité à répondre à la question fondatrice des possibilités d’objectivation scientifique et technique de la subjectivité humaine. Ce problème, originairement épistémologique, se révèle au cours de notre généalogie de nature tant philosophique qu’éthique et sociopolitique, nous conduisant finalement àrechercher les outils de problématisation de la crise contemporaine au fondement de la relation médicale moderne. L’étude de la correspondance du médecin des Lumières Samuel-Auguste Tissot (1728-1797) nous offre finalement un contre-point essentiel pour préciser les conditions de possibilités d’une médecine, que nous souhaitons pour le XXIe siècle, et au sein de laquelle est assuré le respect de l’autonomie et de l’identité propres à l’ensemble des sujets, qu’ils soient soignés ou soignants.


 

Le frisson et le baume : souffrantes et soignantes au siècle des Lumières (France, Suisse)

par Nahema Hanafi

doctorat histoire soutenu 2012

V. Barras et S Mouisset directeur

Résumé

Au siècle des Lumières, les femmes sont exclues des principales professions médicales – à l’exception des sages-femmes – et leurs pratiques sont l’objet de nombreuses critiques de la part des médecins et chirurgiens qui promeuvent leurs propres connaissances sur le corps, soucieux d’acquérir un nouveau statut social, économique et politique. La médicalisation de la société ne se fait pas pour autant contre les femmes, car les plus aisées d’entre elles sont sollicitées comme médiatrices de la nouveauté. Dans ce contexte, cette thèse interroge la réception des ambitions médicales et la place prise par les femmes dans le processus de médicalisation. Les sources sollicitées ne sont pas celles qui sont produites par le corps médical, afin de prendre de la distance avec leur discours normatif et professionnel, mais celles qui ressortent de l’intime : journaux et mémoires, correspondances et livres de raison, recueils de recettes féminins. Il s’agit ainsi de composer une histoire des souffrantes et des soignantes à partir de discours de femmes et non sur les femmes, à l’intersection de l’histoire socio-culturelle de la médecine, de l’histoire des femmes et du genre. Ceci limite l’analyse aux lettrées, membres de la noblesse ou de la haute bourgeoisie, française et helvétique en l’occurrence. Les savoirs féminins sont au cœur de l’analyse à travers la définition des lieux d’apprentissage du corps et des représentations corporelles que leurs écrits mettent en scène. Les pratiques de soin féminines sont également étudiées, en dissociant le soin de soi – incluant aussi bien l’automédication, le recours aux thérapeutes que l’influence de la parenté dans la gestion de la santé et de la maternité – du soin d’autrui qui se rapporte aux corps sur lesquels les femmes exercent leur pouvoir de soin et à leurs manières de soigner.

 


 

Les « médecins cartésiens » : héritage et diffusion de la représentation mécaniste du corps humain (1646-1696)

par Géraldine Caps

doctorat philo

spoutenue 2007

dir : simone mazauric, Nancy 2

pas de résumé


 

Les médecins-législateurs et le mouvement hygiéniste, 1870-1914

par Isabelle Cavé

docto histoire, dir Jorland EHESS

soutenue 2013

Résumé

En France, la volonté de développer la santé publique s’est forgée grâce à la mouvance hygiéniste pendant tout le XIXe siècle (cf. Travaux de Gérard Jorland Gallimard 2010). Cette thèse de recherche tend à démontrer comment les médecins se sont engagés de façon conséquente à la Chambre des députés et au Sénat dont 46% d’entre eux appartiennent à un conseil local ou départemental d’hygiène publique afin d’instaurer la législation sanitaire qui se dessine précisément entre 1870 et 1914. Grâce à un vaste corpus d’archives d’époque à caractère législatif, médical, d’hygiène et de santé publiques conservées de façon magistrale dans les services d’archives et des bibliothèques des institutions concernées et d’un certain nombre de bibliothèques parisiennes ainsi que des archives départementales de France, 140 000 clichés photographiques de matériaux de première main ont été pris pour l’occasion. La doctorante a pu reconstituer à la lettre près tout le parcours de « fabrication» de quelques¬-unes de ces grandes lois sanitaires qui concernent le bien-être collectif de la société française d cette fin du XIXe siècle mais aussi de révéler les conditions pauvres de ces classes populaires travailleuses ou délaissées pour compte qui cultivent certains vices de santé que les élites de la Ille République vont s’empresser de faire disparaître! Dans les Chambres parlementaires, le lecteur peut voir que l’enjeu sur ces questions sanitaires et sociales n’est pas gagné d’avance. . . Cependant, le mouvement hygiéniste français permanent du XIXe siècle a contribué largement à l’émergence de cette législation spécifique et l’instauration des institutions en la matière pour une action de prévention et de réparation plus efficace sur le terrain

 

 

Préo[c]cupations de santé, savoir médical, et pratiques de soins sous l’Ancien Régime dans le Sud-Ouest atlantique

par Jean-François Viaud

doct histoire soutenu 2010 Bordeaux 3

dir : J. Pontet

Résumé

Les préoccupations de santé et l’intérêt pour la médecine ne sont pas, sous l’Ancien Régime, réservés à quelques rares privilégiés. Dans une région assez peu favorisée comme le Sud-Ouest atlantique, ils apparaissent dans une majorité d’écrits du for privé, tels que les livres de raison. On en trouve aussi témoignage dans les achats de livres de médecine que révèlent les inventaires de bibliothèques privées. Les ouvrages à destination populaire et la presse dispensent des notions de médecine et de thérapeutique. L’homme acquiert ainsi un savoir utile en cas de maladie, souvent succinct, mais conforme aux préceptes de la médecine galénique et peu évolutif au cours du temps. Ce savoir s’accorde avec les connaissances du chirurgien, le praticien le plus présent dans tous les milieux sociaux et le premier à intervenir par ses conseils et ses traitements. Mais le patient garde une certaine autonomie décisionnelle. Il se soigne lui-même, souvent avec des purgatifs, utilisant l’une des recettes notées dans son livre de raison. Il recourt aussi à des pratiques moins officielles ou rejetées par la médecine savante, et, séduit par les charlatans, il n’hésite pas à acheter leurs remèdes, manifestant ainsi le crédit qu’il accorde à toutes les offres thérapeutiques, quelles que soient leur nature et leur origine. Et celles-ci, en relation avec une forte demande, sont particulièrement nombreuses. Il en résulte un syncrétisme dans les pratiques de soins qui, s’il ne témoigne pas d’une foi totale en la médecine officielle, est en faveur, même dans le Sud-Ouest atlantique, d’une absence de résignation devant la maladie et de l’espérance de participer activement au maintien de sa santé.

 

 

Folles de maternité. Théories et pratiques autour du diagnostic de la folie puerpérale. (XVIIème – XXème siècles, France – Italie)

par Francesca Arena

 

doct histoire aix marseille

soutenue 2012

dir anne carol

Résumé

Durant le XIXème siècle l’aliénisme construit un diagnostic de la folie puerpérale. Folie de la grossesse, des suites des couches et de l’allaitement, la folie puerpérale est d’abord confondue avec les délires des infections du post partum (la fièvre puerpérale) et progressivement rattachée au comportement de la mère (bizarreries, mélancolie, violence). La folie de la mère est ainsi évoquée différemment dans les discours du XIXème siècle pour comprendre et codifier le corps et le comportement de la femme. Encore aujourd’hui les sciences médicales n’ont pas trouvé un consensus : l’origine de la folie maternelle, organique ou psychique, est encore questionnée et sa définition (baby blues, dépression post natale et psychose puerpérale) changeante selon les interprétations et les pays. À ce jour, l’historiographie, en particulier l’histoire des femmes et du genre, a abordé le sujet des transgressions de la maternité selon différents points de vue mais peu d’approches comparent les discours et les pratiques dans la longue durée. Cette thèse analyse les différentes conceptions qui se sont alternées et superposées au sujet de la mère, de son corps et de son esprit entre le XVIIème et le XXème siècle en France et en Italie. Une comparaison entre les discours autour de la pathologie de la maternité et les pratiques permet de souligner les continuités et les discontinuités de la construction du diagnostic de la folie maternelle et des ses ambivalences.

 


 

Le Dr. Bourneville, l’hystérie et l’anticléricalisme au début de la Troisième République : un médecin à l’assaut des superstitions et des croyances religieuses…

par Philippe Galanopoulos

doctorat histoire – dir JY Mollier

sout 2005

st quentin

Résumé

Cette thèse s’intéresse aux travaux cliniques du docteur Bourneville (1840-1909) sur l’hystérie et à leur instrumentalisation à visée anticléricale. Assistant du professeur Charcot à La Salpêtrière durant huit années (1871-1879), puis chef de la section dite  » des enfants  » de Bicêtre (1879-1905), Désiré-Magloire Bourneville n’aura eu de cesse d’identifier les phénomènes démoniaques et divins aux plus pures manifestations pathologiques de la grande névrose. Niant par là même l’influence du diable et de Dieu sur la santé et la vie des hommes, il aura ainsi tenté, depuis les années de l’Ordre moral jusqu’au vote de la loi de Séparation de l’Eglise et de l’Etat, de rejeter la religion et les religieux dans un passé fait d’obscurantisme et de barbarie, pour mieux réclamer la fondation d’une République positive, c’est-à-dire, laïque et scientifique.


 

L’avers d’une Belle Époque : genre et altérité dans les pratiques et les discours d’Alexandre Lacassagne (1843-1924), médecin lyonnais

par Muriel Salle

doct histoire

2009

Dir M. Zanarini

Lyon 2

Résumé

On retrace ici le parcours du docteur Alexandre Lacassagne (1843-1924), médecin lyonnais, trajectoire personnelle et scientifique d’un savant de la fin du XIXe siècle, fondateur de l’anthropologie criminelle et d’une école de criminologie passée à la postérité sous le nom d’ « école lyonnaise ». Formé à l’école de santé militaire, il est de cette génération d’hommes et de républicains forgés au feu de la guerre franco-prussienne, de la chute de l’Empire et des débuts de l’aventure coloniale et républicaine. La reconstitution de ses réseaux professionnels, l’étude de ses prises de positions intellectuelles, permet de montrer qu’il est un savant emblématique de son temps. Sa bibliothèque révèle ses états d’âme. L’analyse des ouvrages fait émerger une angoisse récurrente, celle de l’altérité : des criminels bien sûr, mais aussi des femmes, des fous, des invertis, des « primitifs », dont les inquiétantes figures contrastent avec l’image de légèreté et de foi inconditionnelle dans le Progrès qui est habituellement celle de la Belle Époque. L’anthropologie et l’anthropométrie se mettent au service d’une frénésie taxinomique qui trahit l’inquiétude générée par toute indétermination, désormais intolérable. Un double processus d’essentialisation et de hiérarchisation se trouve aux fondements des discours justifiant l’exclusion persistante de certaines catégories de populations, rejetées en deçà de l’Universel. Lacassagne nous sert d’œilleton pour examiner les enjeux biopolitiques de cette exclusion. C’est l’avers, cette face de la médaille qui porte une effigie – et qui serait frappée à celle de l’Autre en cette fin de siècle – et le portrait d’un homme et de son temps par l’inventaire de ses aversions, qu’on a voulu reconstituer.

 

 

Médecine et politique dans l’oeuvre de Pierre-Jean-Georges Cabanis.

par Robert Mrozovski

 

doct philo

2013

Dir Braunstein

Résumé

Pierre-Jean-Georges Cabanis médecin et homme politique français. Considérant l’ensemble des opus réédités par les soins de C. Lehec et J. Cazenave en 1956 sous l’intitulé Oeuvres philosophiques de Cabanis, et bien que l’auteur n’ait jamais indiqué qu’il avait construit là un système intégrant la science, la politique et la religion, il nous a paru qu’il était possible de faire dériver, directement ou indirectement, un ensemble de recommandations pratiques, d’ordre politique et moral, de sa théorie psychophysiologique, théorie présentée dans son maître ouvrage les Rapports du physique et du moral de l’homme. Travaux dont nous avons cherché à montrer les liens plus ou moins étroits avec la pensée de prédécesseurs et de contemporains : philosophes, moralistes, politiques, économistes, médecins et naturalistes. Ces recommandations concourant à notre sens à un seul et même objectif éthique, faire que dans le cadre de la société un nombre d’hommes toujours plus grand puisse trouver le bonheur. Autrement dit c’était de la part de cet auteur oeuvrer à la paix et la prospérité sociale, c’était in fine oeuvrer à la fin de la Révolution.

 

 

 

 

Aliénisme et catholicisme à Lyon au XIXe siècle : les missions de Joseph Arthaud, 1813-1883

par Frédéric Scheider

histoire

O Faure

2005

Résumé

Le catholique lyonnais Joseph Arthaud (1813-1883) est interne, adjoint, puis médecin chef du quartier d’aliénés de l’hospice de l’Antiquaille, ouvre ensuite l’asile du Vinatier en 1877, et devient professeur de psychiatrie. Elève de l’abbé Noirot, compagnon du catholique social Frédéric Ozanam, il milite à la société St-Vincent-de-Paul et à la Propagation de la foi, et veut concilier science et foi dans son approche de l’aliénation : dualiste comme Descartes, c’est un  » cérébriste  » qui allie la monomanie d’Esquirol et le libre-arbitre chrétien. Le fou et le criminel relèvent pour lui d’une surveillance par le médecin, le prêtre et le juge soumis à l’autorité de l’Etat. Homme du premier seuil de laïcité, il devient bouc émissaire des républicains anticléricaux. Sa carrière suit le grand élan catholique consécutif à Lyon au siège de 1793, et sa disgrâce en signe le déclin. Ce qui fait du Vinatier l’une des ultimes fondations pensées par les catholiques lyonnais du XIXe siècle

 

 

 

La psukhê et les phrenes sont malades : représentations du délire à l’époque classique (VIe-IIIe)

par Gwenaëlle Le Person

 

histoire

2007

Dir pierre brulé

Rennes 2

Résumé

Les médecins et les biologistes de l’époque classique, qu’il s’agisse des Hippocratiques ou d’Aristote, décrivent et expliquent les altérations du raisonnement d’un point de vue physiologique et tentent d’établir une typologie des troubles qui affectent la psukhè et les phrenes en distinguant diverses pathologies spécifiques telles que la mania, l’épilepsie et la mélancolie. Méthode et raisonnement tendent vers la rationalité, ils peuvent paraître en opposition avec le discours platonicien et les descriptions du théâtre tragique qui attribuent une origine divine aux troubles de la raison. Chez Platon, la mania, qu’elle soit érotique, poétique, mantique ou télestique est présentée comme un bienfait pour les personnes qui en sont atteintes, tandis que dans la tragédie, les troubles de la raison sont décrits comme une altération des phrenes et associés à la souffrance et à la destruction. Ces ensembles documentaires soulignent que la « folie » est polymorphe et qu’il n’existe pas de représentation unifiée du délire. Cependant, entre eux, des accords existent dans les domaines de la description des symptômes de certaines affections, notamment de la mania, comme du vocabulaire employé pour dire les troubles de la raison. Il semble que ces discours soient issus d’une base de croyances communes dont ils développent un aspect spécifique, nous permettant ainsi de restituer une représentation de la « folie » ordinaire, représentation certes incomplète et imparfaite, mais qui tente d’être la plus proche possible des réalités socioculturelles et des mentalités de cette l’époque

Consulter en bibliothèque

 

 

Entre la réparation des corps mutilés et la correction des imperfections physiques : une chirurgie en quête de légitimité : Analyse sociohistorique de la construction de la chirurgie esthétique en France

par Nicolas Guirimand

Socio

2007

Dir : Pinell

EHESS

Résumé

Pour analyser la construction de la chirurgie esthétique, il faut comprendre ce qu’ont été les conditions de possibilité qui ont permis à cette chirurgie « futile » d’être pratiquée et répondre à la question de ce qui a rendu acceptable socialement des opérations sur des corps sains. Notre travail a dû élargir son objet à l’analyse sociohistorique de construction de la spécialité faisant fonction de matrice à la chirurgie esthétique, la chirurgie plastique. Aussi, il nous a fallu travailler sur l’histoire des rapports entre la chirurgie esthétique à sa matrice et sur les luttes de concurrence entre plasticiens et chirurgiens esthétiques dont l’enjeu est la définition de la pratique légitime, partant de ses contours, de son enseignement et de la construction d’un marché de l’esthétique avec ses diverses composantes. Au final, l’objet « futile » devenait un analyseur des transformations de l’espace chirurgical qui permet d’observer les luttes de concurrence entre chirurgiens et médecins.

 

 

Le lit de Procuste du DSM-III : classification psychiatrique, standardisation clinique et ontologie médicale

par Steeves Demazeux

 

philo des sc

dir Jean Gayon

2011

Cette étude porte sur l’histoire et les fondements théoriques du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, troisième édition (DSM-III). La publication de cette classification standardisée de la pathologie mentale, par l’American Psychiatric Association en 1980, a constitué une véritable « révolution nosologique », qui a exercé une influence durable dans la psychiatrie américaine, aussi bien sur la prise en charge des malades mentaux que sur les programmes de recherche scientifique. Le DSM-III a imposé un nouveau style de pensée en psychiatrie, le « néo-kraepelinisme », qui met l’accent sur l’objectivité descriptive du diagnostic et relève l’importance des outils standardisés d’évaluation et des données épidémiologiques pour le progrès des connaissances en psychopathologie. Cette classification, qui reposait sur un pari d’ « a-theorisme », n’a toutefois pas porté tous les fruits escomptés. La nosologie psychiatrique, aujourd’hui, connaît une grave crise théorique illustrée par l’opposition de deux modèles aux présupposés ontologiques radicalement différents : le modèle médical, qui défend une approche catégorielle des troubles mentaux ; le modèle psychologique, qui défend une approche dimensionnelle s’appuyant principalement sur les travaux autour des traits de personnalité. L’ontologie «grise» du DSM-III est en grande partie responsable de cette crise.

 

 

 

Représentations de la migraine dans la France du dix-neuvième siècle : concepts médicaux, outils thérapeutiques, images du corps

par Esther Cotelle-Lardreau

 

Philo des sc

Dir jean gayon

2007

Paris 1

Résumé

D’un siècle l’autre, d’une forme de discours l’autre, les descriptions de la douleur migraineuse sont redondantes. Il est probable que ce qu’on éprouvait dans l’Antiquité ne diffère guère de ce qu’on éprouvait au dix-neuvième siècle. Mais renvoyant à des expériences incommunicables, le réel de la souffrance ne peut être que mis entre parenthèses par une démarche épistémologique et historique. C’est à l’histoire des noms et concepts que nous nous intéressons. 1. Comment es objets médicaux se constituent-ils sur une souffrance qui semble pérenne? 2. On s’interroge sur une maladie dans laquelle le statut de la douleur est problématique. Si la maladie est communément définie comme une maladie grave, si par là on entend une· maladie qui enveloppe la mort, qu’en est-il d’une maladie dont la mort n’est pas l’horizon direct? Davantage, qu’est-ce que les médecins, les bonnes gens aussi bien, reconnaissent comme étant une maladie intéressante? 3. On comprendra que « migraine» ne relève pas seulement de déterminations individuelles, mais encore historiques : c’est ce croisement qui nous a retenue. On s’est appuyé sur un ensemble de représentations: littérature médicale, œuvre littéraire, lithographie.

 

 

 

La vie et le vivant. Physologie et métaphysique chez Spinoza et Leibniz

par Raphaële Andrault

 

philo

PF Moreau, normale sup lyon

2010

Résumé

L’importance accordée à la vie et au vivant a été comprise comme un trait caractéristique du spinozisme et du leibnizianisme : ces philosophie se démarqueraient par là nettement de la pensée cartésienne. Comment alors comprendre que ne se trouvent ni chez Spinoza ni chez Leibniz les amples développements physiologiques que l’on peut lire chez Descartes ? Une pensée peut-elle être biologique sans pour autant intégrer une explication détaillée du fonctionnement des corps animés ? Répondre à ces questions suppose de comprendre au préalable l’évolution des savoirs médicaux dont Spinoza et Leibniz ont été les contemporains : qu’il s’agisse de déterminer la nature des phénomènes empiriques alors décrits par les naturalistes, de formuler les nouveaux problèmes qui en dépendent, ou de mettre au jour les choix doctrinaux par lesquels les savants choisirent de répondre à ces problèmes. On ne peut souligner la fécondité des concepts spinozistes et leibniziens à rendre compte du vivant avant d’avoir établi ce que signifient concrètement en ce second XVIIè siècle la « vie », les « corps animés » ou l' »organisme ». L’histoire des sciences et des idées est donc requise pour ne présupposer à tort ni la singularité d’une position, ni l’universalité des problèmes. Il sera alors possible de montrer comment, différemment chez les deux auteurs, l’adoption de l' »heuristique négative » du mécanisme impose de concevoir le déploiement immanent des pensées.

 

 

 

 

 

Médecine et colonisation : le cas de la Louisiane 1699-1803.

par Sarah Faraud

 

thèse histoire en cours depuis 2011

F. Weil EHESS

Résumé

L’ambition de ce projet est d’écrire une histoire problématique de la médecine coloniale en Louisiane, entre 1699 et 1803. « Médecine coloniale » le terme même interroge et renvoie à plusieurs réalités : il peut s’appliquer à la médecine européenne transplantée et pratiquée dans les colonies, ou bien à une médecine métissée née dans les colonies, médecine qui intègre des éléments européens, indigènes et africains par exemple. La médecine était-elle un instrument de pouvoir, un instrument de résistance, ou les deux à la fois? Il s’agira avant tout de vérifier la pertinence du concept de « médecine coloniale » dans le cadre choisi, et d’observer en quoi la situation coloniale influence la pratique de la médecine et façonne les savoirs qui la constituent. Un des enjeux sera de rester attentive aux différents acteurs, sans en favoriser certains, plus bavards, plus présents dans les archives. Mais aussi de parvenir à faire parler les Indiens, les Africains, les femmes, les silencieux et à saisir leur apport à la médecine comme praticiens et comme malades. La médecine sera utilisée comme une porte d’entrée permettant d’envisager d’une manière novatrice les thématiques de l’esclavage et de la colonisation.

 

 

 

 

Histoire de la naissance de la médecine psychosomatique et de la problématique en france de la fin du xixe siècle aux années 1960.

par Berenger Cabestan

 

Histoire des sciences

J. Carroy – ehess

Depuis 2006

 

 

 

De « Monstre » à « Malformation »Histoire des représentations du corps difforme dans la société française du XVIème au XVIIIème siècle

par Aziza Maadi

Histoire des sciences

soutenue 2011

Dir : eliz belmas paris 13

Résumé

L’histoire des malformations corporelles au XVIème-XVIIIème siècle est multiple et complexe. La première caractéristique du « monstre » est d’être différent et le travail présent consiste à définir en premier lieu cette différence. Pour tenter d’expliquer les naissances monstrueuses, théologiens, scientifiques de l’époque moderne ont avancé quantité d’explications. Loin des superstitions, dès le milieu du XVIIème siècle, les scientifiques veulent rationaliser le « monstre » ; cette rationalisation passe par l’explication de phénomènes longtemps ancrés dans le monde magico-religieux, dont l’influence persiste jusqu’au XIXème siècle. Ainsi s’explique l’association qu’offre la médecine moderne, qui associe observations et théories arbitraires. Le va-et-vient incessant entre les deux pôles de la physiologie et de la morale constitue un point fondamental de la question des malformations. Ce travail s’est attaché à suivre les progrès de la rationalisation et de la médicalisation des perceptions du corps monstrueux, à comprendre comment la « monstruosité » a évolué de la sphère religieuse/fabuleuse, à la sphère scientifique/médicale, en devenant une pathologie que l’on tente de réparer afin d’intégrer les êtres difformes dans la société française moderne..

 

 

Le vitalisme de montpellier, genie du lieu et oeuvre humaine – 18eme et 19eme siecles.

par Sabine Kraus

 

histoire

depuis 2010

dir : maurizio gribaudi, ehess

Résumé

Ce projet de thèse vise à étudier la dynamique intérieure de l’ecole de médecine de montpellier, définie comme ‘microcosme doctrinal, historique et géographique’ par thierry lavabre-bertrand, médecin montpelliérain, professeur et historien de la médecine. le projet développe les fondations de l’édifice théorique du vitalisme de montpellier. son fondateur, paul joseph barthez, introduit la méthode scientifique de bacon et newton à la médecine hippocratique enseignée à l’ecole de montpellier depuis sa création en 1220. d’autre part, la pensée de barthez présente une grande affinité avec la philosophie écossaise et plus particulièrement la philosophie des sciences de thomas reid. barthez associe raison et empirisme, définissant un empirisme médical raisonné dans ses cours de thérapeutique. par ailleurs, s’intéressant à toute la littérature médicale, ce projet décrit la médecine du 18ème comme œuvre collective et européenne. jacques lordat fait progresser la doctrine du principe vital, accompagné par le corps professoral de son ecole. la doctrine de montpellier sera connue au 19ème siècle sous le nom de ‘double-dynamisme’. cette philosophie médicale considère l’être humain en tant que vivant et pensant, une totalité indivise en interactions constantes et provisoires avec le milieu dans lequel elle se meut. lordat est reconnu comme le précurseur des sciences du langage et de la cognition. l’art est intégré à l’enseignement médical de manière didactique. doyen de la faculté, il s’implique dans les réformes de l’enseignement et de l’exercice de la profession. réformes menées par chaptal lorsqu’il sera ministre de l’intérieur. la puissance des hôpitaux parisiens, devenus lieux de savoir et de recherche, impose une vision organicienne de l’homme. cette position dominante opère alors le déclin du vitalisme en france à la fin du 19ème siècle. cependant, le vitalisme continue à être défendu avec ardeur au long du 20ème siècle dans le monde anglo-saxon, à travers une réflexion centrée autour de l’activité créatrice de la vie, et dans le cas de l’homme, des relations entre le corps et l’esprit.

 

 

Discours du médecin et représentation de la maladie du cancer dans les traités latins et français des archives de l’Ecole de Santé maritime de Brest (16-18e siècle)

par Francoise Veillet

 

histoire

mt cam

brest

depuis 2013

 

 

Race, sang et segregation : pour une histoire sociale et politique de la transfusion sanguine aux etats-unis (1939-1969).

par Jean-paul Lallemand

 

Histoire

Dir F weil ehess

Depuis 2009

Résumé

A travers l’étude de la mise en place des premières banques de sang par la croix-rouge américaine, il est question de comprendre comment s’élaborent des pratiques de ségrégation institutionnelle au sein de l’univers médical sur des bases scientifiques et idéologiques mais aussi pour des raisons économiques et logistiques. le ‘racisme socio-médical’ qui prévalait jusqu’alors ne fonctionne plus et suscite l’indignation d’une partie importante de la sphère publique. dès 1940, la question de la ségrégation du sang semble devenir un point d’appui pour une critique du système ségrégué dans son ensemble (tant politique que social). les critiques réclament alors la fin de la ségrégation médicale et les associations comme la naacp ou la nma revendiquent l’égalité politique et sociale (droit de vote, accès à l’éducation, etc.). le sang est dans le cadre de ce projet une véritable focale pour appréhender la question de l’origine du mouvement des droits civiques. il est un point de convergence historique des pratiques sociales (associations, communautés), politiques (lettres de roosevelt, des syndicats, des partis), scientifiques (médecins) et culturelles (chanson, télévision, presse). c’est une approche qui révèle l’encastrement de la question raciale dans la médecine américaine et permet d’observer un moment où elle sort d’un cadre racialisé en prenant en compte les protestations qui se font jour en dehors de son domaine d’expertise.

 

 

L’IDEE D’INCONSCIENT, SA GENESE ENTRE PSYCHOLOGIE ET PHILOSOPHIE ET MEDECINE, DEPUIS LE 19ème SIECLE A NOS JOURS.

par Omar Reghaouat

 

philo epistemo

dir jc duipont

thèse depuis 2011

amiens

 

 

Inaptes à servir’. Les troubles psychiques des soldats français pendant la guerre d’Algérie (1954-1962).

par Paul Marquis

 

dir : piketty, sc po

depuis 2011

Entre 1954 et 1962, plusieurs milliers de soldats ont été traités pour troubles psychiques dans les services de neuropsychiatrie des hôpitaux militaires français sur le sol algérien. Dépression nerveuse, bouffées délirantes, schizophrénie, éthylisme chronique, etc. : la variété des diagnostics posés par les psychiatres au sujet de ces affections traduit celle des parcours individuels de ces blessés particuliers. En tentant de (re)tracer leurs trajectoires, ce travail cherchera à comprendre comment les fils tissés par leurs psychismes défaillants se sont insérés dans la grande toile de la guerre d’Algérie. L’histoire des hommes et de leurs micro-temporalités sera donc associée et confrontée à celle du conflit d’indépendance et de sa sortie, et plus largement à celle des institutions qui sont intervenues dans la vie intime, médicale et sociale de ces soldats. L’étude minutieuse des diagnostics et traitements opérés par les médecins militaires devrait ainsi permettre d’éclairer un nouveau pan de l’histoire des théories et pratiques de soins psychiatriques au XXe siècle. Dans le même temps, l’analyse des expertises effectuées par ces mêmes médecins devant les tribunaux militaires et les conseils de réforme s’intégrera dans une réflexion plus vaste sur les politiques de réparations médico-légales dans la France des années 1950-1960, et sur les convergences et conflits d’intérêt qui ont pu en résulter entre les quatre parties concernées : les soldats, la communauté neuropsychiatrique, l’armée et l’Etat.

 

 

L’électricité : la vulgarisation scientifique des premières applications électriques 1855-1881

par Segolen Plisson

 

histoire

poitiers

dir : grevy

depuis 2010

Résumé

L’objectif d’un tel sujet est d’évincer toute approche monographique en s’intéressant à une histoire sociale et politique des sciences permettant une contextualisation de l’histoire des prmières applications de l’électricité. la période choisie, 1855-1881, est une période charnière où l’on assiste au basculement de l’invention scientifique aux premières applications dans quatre domaines : la médecine, les transports, la communication et l’éclairage. les savants, les politiques, les économistes, les vulgarisateurs scientifiques ont conscience que l’énergie électrique est en train de révolutionner la société, avec des enjeux considérables. mais au-delà de cette multiplication d’applications, le bouleversement se fait aussi à un autre niveau car c’est le rapport au monde qui change. ce sont les notions d’immédiateté et d’instantanéité qui entrent dans la vie des hommes et modifient le quotidien. c’est donc non seulement une accélération du temps mais aussi une accélération spatiale, puisque l’utilisation de l’énergie électrique permet de couvrir un territoire de plus en plus vaste qui part de l’espace intime jusqu’à l’universel. l’intime étant caractérisé par le médical et donc le corps, et l’univers caractérisé par le passement de frontières.ce bouleversement technique et humain est fortement perceptible à travers les sources nombreuses et variées : ouvrages de vulgarisation scientifique, revues scientifiques, médicales, d’ingénieurs, annales, traités, comptes-rendus de colloque, qui permettent un croisement des regards, et peuvent être enrichis par une étude de la littérature et de la presse ainsi que les mémoires et traités, voire les correspondances des savants.

 

 

Invalidité et inaptitude au prism de l’expérience 14-18 : la grande guerre laboratoire de la question sociale?

par Sylvain Bertschy

 

histoire militaore

fr rousseau

montplleier 2009

Résumé

Si au lendemain du premier conflit mondial de la france a réussi à éviter une implosion de son consensus politique et social, on constate qu’avec la grande guerre, les ‘zones de vulnérabilités et de désaffiliation sociales’ se dilatent. le premier conflit mondial lègue à la france 4 à 5 millions d’individus se trouvant dans ‘l’incapacité’, totale ou partielle, de subvenir eux mêmes à leurs besoins. la guerre exacerbe la ‘question sociale’, ce défi, cette épreuve permanente par laquelle une société expérimente l’énigme de sa cohésion et tente de conjurer le risque de sa facture. la société française s’est-elle alors contentée de réponses ‘quantitatives’? quelques indices, comme les premières expériences de médecine du travail dans les usines d’armement ou la création des superintendantes d’usines, permettent de supposer que non. la grande guerre semble participer d’une véritable métamorphose (dialectique du même et du différent) de la ‘question sociale’. on assiste alors, me semble-t-il, à une accélération du processus de médicalisation des dispositifs d’action sociale qui se traduit en pratique par l’émergence d’un véritable ‘tri social scientifique’. c’est en tout cas l’hypothèse qui sera mise à l’épreuve: la grande guerre comme laboratoire d’une organisation scientifique du travail et de ‘sélection sociale’ des populations. il s’agira donc d’en mettre au jour les outils, c’est à dire les notions et les instruments avec lesquels les acteurs pensent et transforment le monde, et qui souvent, leur deviennent invisibles, donc impensés.

 

 

Paranoïa et société occidentale : approche historique, politique et psychopathologique

par Antoine Jaulin

 

psycho

daniel beaune

paris 7

depusi 2010

Résumé

La paranoïa est une notion qui n’apparaît pas par hasard, de même que le terme ‘ parano ‘, employé aujourd’hui dans le langage courant, n’est pas qu’un simple effet de mode. cette notion à un sens, aussi bien au niveau individuel que sociétal. nous voyons, par l’approche historique de la médecine occidentale, que cette notion commence à être objectivée avec esquirol et la monomanie. ce n’est pas un hasard si cela correspond à l’arrivée de la société démocratique et du bouleversement que cela implique ; à savoir la transformation de l’image de la folie et l’apparition d’une nouvelle figure du sujet individuel. c’est d’une part l’arrivée du sens et de la raison dans la folie, ainsi que la naissance de la psychiatrie. d’autre part, un nouvel espace du rapport interpersonnel se libère, ce qui entraîne l’intrusion de l’autre en soi, la dépossession de soi-même et la naissance de l’interprétation. un espace s’installe où la paranoïa va logiquement prendre place ; phénomène parfaitement illustré dans la littérature, notamment avec l’apparition du moi. l’histoire de la paranoïa, c’est l’histoire de l’individu dépossédé, celle de l’individu pensé par l’autre.

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *