Thèses d’histoire ou de sociologie des sciences humaines soutenues en sociologie – 2010-2014

Thèses d’histoire ou de sociologie des sciences humaines soutenues en sociologie 2010-2014

Recensement réalisé par Wolf Feuerhahn

 

Les éditions La découverte : la gestion d’un héritage éditorial

par Camille Joseph

Sous la direction de Gisèle Sapiro.

Soutenue en 2010

à Paris, EHESS.

Résumé

En 1982, François Maspero quitta la maison d’édition qu’il avait créée en 1959 en reprenant son nom; François Gèze devint le nouveau directeur de La Découverte. Dans un espace éditorial transformé par les phénomènes de rachat et traversé par des enjeux politiques et intellectuels nouveaux, la définition de l’édition politique a changé. Tandis que François Maspero, selon un modèle sartrien d’engagement et d’exercice de la responsabilité, avait tenté de lier projet éditorial et lutte anticapitaliste au sein même sa maison, La Découverte, autour des différents directeurs éditoriaux et commerciaux des années 1980 et 1990, s’est d’emblée tournée vers des formes de rationalisation économique et a occupé une position plus «institutionnelle» au sein du champ éditorial. La gestion de l’héritage Maspero à La Découverte a emprunté des directions contradictoires: si le rejet de formes traditionnelles d’édition militante liée à certains courants idéologiques (marxisme, tiers mondisme. . . ) a été associé à la publication de genres éditoriaux plus rentables et visant un lectorat étudiant en pleine expansion (les « Etats du monde », les « Repères »), les éditeurs ont, à l’occasion, réédité le fonds « politique » prestigieux construit par leur prédécesseur. L’exploration de ces différents mouvements de gestion de l’héritage apporte des éléments décisifs à la compréhension de l’articulation, dans l’édition, des logiques économiques, intellectuelles et politiques

 

Former des producteurs de savoir : les réformes du doctorat à l’ère de l’économie de la connaissance

par Jean Frances sous la direction de Francis ChateauraynaudParis, EHESS

Soutenue en 2013

à Paris, EHESS.

Résumé

Centrée sur l’étude des mondes français de la science et de l’enseignement supérieur, cette thèse cherche à saisir comment les réformes institutionnelles/es reconfigurent l’apprentissage aux métiers de la recherche et en quoi elles sont influent sur « les rythmes et les orientations de développement scientifique ». L’analyse repose sur l’étude socio-historique des réorganisations du cursus doctoral. Il est question de montrer combien les doctorants sont de plus en plus tenus de correspondre à un nouveau modèle d’« excellence » dont « l’esprit d’entreprendre• constitue le principe générateur. Cet « esprit » renvoie à une attitude professionnelle qui inciterait les doctorants à considérer leur formation à la manière d’une somme d’expériences à rentabiliser ». Accéder à l’« excellence» demanderait-il aux apprentis-chercheurs de mener leurs travaux et leur cursus en calculant les profits qu’ils pourront en retirer sur les marchés de l’emploi scientifique? sur ceux de l’innovation et du conseil? Afin de répondre à cette question, il s’agit d’analyser les mutations des marchés de l’emploi scientifique à l’œuvre depuis les années 1990. En vue de saisir ces transformations en action, il convient de proposer une ethnographie de deux dispositifs censés incarner les réformes contemporaines de la formation doctorale: les Doctoriales et les 24Heures de l’entrepreneuriat. C’est donc à travers l’étude de ces moments extra-ordinaires de (‘apprentissage à la recherche que seront analyses les effets tangibles qu’engagent les réformes sur les reconfigurations de l’« excellence » doctorale et partant sur les manières de considérer le« rôle » du doctorat comme de la science

 

Réforme de l’Université et transformations curriculaires : des activités de recontextualisation aux effets sur les savoirs : Les universités françaises et le cas des masters en sciences humaines et sociales

par Sophia Stavrou sous la direction de Nicole RamogninoAix-Marseille

 

Soutenue le 10-04-2012

à Aix-Marseille, dans le cadre de Ecole Doctorale Espaces, Cultures, Sociétés (Aix-en-Provence).

Résumé

Cette recherche examine les transformations actuelles de l’enseignement universitaire, à partir d’une approche sociologique des curricula. Elle interroge l’action de recontextualisation des curricula et des savoirs dans sa double dimension sociale. D’une part, cette action est menée par une base sociale au sein d’une arène où différents groupes d’agents avec des fonctions spécialisées sont en relation: agents pédagogiques, évaluateurs nationaux et universitaires des formations, producteurs de politiques de l’enseignement supérieur. D’autre part, cette action de recontextualisation porte ses traces dans la structuration interne des curricula, à travers des opérations sociales de sélection et d’organisation des savoirs. Les constats s’appuient sur une analyse qualitative qui associe plusieurs types de matériaux, articulant pratiques et contenus: récits de pratique d’agents universitaires, documents officiels et rapports d’évaluation, programmes d’enseignement des masters professionnels en sciences humaines et sociales. L’analyse permet de mettre en lumière les caractéristiques et les enjeux épistémiques et sociaux de la « régionalisation » des savoirs, générée par la projection des curricula dans des activités professionnelles au sein des champs socio-économiques. Elle permet aussi d’éclairer les enjeux de la construction du débat sur le changement curriculaire: la manière dont le contrôle institutionnel pèse sur la définition des orientations du changement, mais aussi les possibilités d’une révision collective du problème de la transmission des savoirs.

 

Philosoviétisme et rationalisme moderne : l’introduction du marxisme dans les sciences humaines en France (1920-1939)

par Isabelle Gouarné sous la direction de Martine Mespoulet et de Bernard Pudal. – Nantes

Soutenue en 2010

à Nantes.

 

Dits et écrits de sociologues et d’apprentis sociologues : histoire de vie et prise de positions sociologiques

par Pascal Fugier sous la direction de Alain BihrBesançon

Soutenue en 2010

à Besançon.

 

Résumé

À partir d’un corpus d’écrits sociologiques, d’entretiens et de récits de vie, nous étudions les airs de famille, les affinités de style mais aussi les incohérences, les contradictions ou encore les non-dits qui circulent entre, d’un côté, les expériences biographiques des « apprentis sociologues » et de leurs directeurs de thèse respectifs et, de l’autre côté, leurs expériences de recherche et prises de position sociologiques. Nous mettons alors en évidence le fait que des dispositions (ethnographique, scolastique…) s’interposent entre ces deux formes d’expériences, les structurant et médiatisant leurs influences réciproques. Corrélativement, nous avançons que des registres d’identifications (symboliques, imaginaires et réelles) circulent aussi entre l’histoire de vie des (apprentis) sociologues et leurs prises de position sociologiques. Aussi, s’ils peuvent se traduire en diverses dispositions (critique, paranoïaque et sceptique), ces registres identificatoires structurent des formes d’assujettissement (par lesquelles le sociologue peut être sujet de « l’Autre de la culture », de « la culture du narcissisme » ou encore de sa situation socio-historique) mais ils peuvent aussi participer à l’advènement de sa subjectivation. Par ailleurs, ce travail de recherche révèle que les diverses tensions épistémologiques opposant les professeurs « établis » et « marginaux » de la section étudiée, reposent notamment sur leurs écarts dispositionnels. Le processus par lequel les apprentis sociologues intègrent cette configuration et rencontrent ses figures professorales (symboliques et imaginaires) pouvant prendre la forme de l’entrée progressive dans un « ordre du discours »

 

La sociologie urbaine en France : Constitution et évolution d’un domaine de recherches spécialisé

par Justine Pribetich sous la direction de Bernard ValadeParis 5

Soutenue en 2010

à Paris 5.

Résumé

Soumise à de nombreuses et récurrentes controverses, la constitution de la sociologie urbaine semble avoir été, en France, problématique au sein même de la discipline sociologique. Interroger les conditions d’émergence du domaine, ses formes historiques d’élaboration et de développement ainsi que ses modalités de fonctionnement, aussi bien passées qu’actuelles, tels furent les questionnements qui ont constitué le fil rouge de notre étude. A l’interface de facteurs aussi bien internes qu’externes, cette recherche vise ainsi à restituer les étapes successives du processus de disciplinarisation de ce domaine de recherches spécialisé et à comprendre dans quelle mesure et de quelle manière la sociologie française s’est appropriée la ville en tant qu’objet de recherche des débuts de la discipline à nos jours. Jusqu’aux prémices de la seconde guerre mondiale, un premier volet tente d’exposer la genèse des études urbaines et d’examiner la nature de l’intérêt des premiers sociologues à l’endroit du fait urbain. Le mouvement de spécialisation thématique une fois amorcé, une deuxième partie met en lumière le processus d’institutionnalisation du domaine et ses évolutions de 1945 à aujourd’hui. L’analyse des déploiements scientifiques et académiques de la sociologie urbaine française permet d’entrevoir quelles sont ses composantes actuelles et la place détenue par celle-ci dans l’espace disciplinaire.

 

La science en projets : régimes de financement et reconfigurations du travail des chercheurs académiques : le cas des sciences et technologies de l’information et de la communication en France (1982-2006)

par Julien Barrier sous la direction de Christine MusselinParis, Institut d’études politiques

Soutenue en 2010

à Paris, Institut d’études politiques.

 

Résumé

En France, depuis la fin des années 1970, sous l’effet des réorientations profondes des modalités et des justifications du financement public de la recherche – marquées entre autres par le recours de plus en plus systématique à des financements sur projet – les chercheurs académiques ont été confrontés à des impératifs croissants d’accountability et de contribution au développement industriel. A partir du cas de la recherche académique dans les sciences et technologies de l’information et de la communication, cette thèse propose de saisir ces changements sous l’angle de la reconfiguration du travail des chercheurs et de leur autonomie professionnelle. L’argument central développé dans la thèse est que, si l’autonomie des chercheurs n’est pas radicalement remise en cause, les contraintes et les opportunités portées par l’évolution des régimes de financement viennent redéfinir les conditions de possibilité et les formes d’exercice de cette autonomie. Ce faisant, elles reconfigurent l’organisation et le contenu du travail des chercheurs. Outre l’expansion de nouvelles « tâches d’articulation » qui répondent aux transformations de la concurrence pour l’accès aux ressources et de la gestion de réseaux de partenariats industriels, on assiste à un processus de rationalisation du travail de recherche, destiné à équilibrer logiques d’exploration et d’exploitation dans la production de connaissances scientifiques, ainsi qu’à l’accroissement de la division du travail au sein des groupes de recherche, mais dont le fonctionnement reste aligné sur des logiques collégiales.

 

L’Animalisme : enquête sociologique sur une idéologie et une pratique contemporaines des relations homme / animal

par Marianne Celka sous la direction de Patrick TacusselMontpellier 3

Soutenue le 06-12-2012

à Montpellier 3 en cotutelle avec l’Universidade do Minho, dans le cadre de École doctorale 60, Territoires, Temps, Sociétés et Développement (Montpellier), en partenariat avec Laboratoire d’études et de recherches en sociologie et en ethnologie de montpellier (équipe de recherche) .

 

Résumé

La présente recherche s’attache de comprendre les manières dont la culture occidentale contemporaine modélise la nature humaine. Cette constante anthropologique qui fait de l’homme un être au monde particulier est sans relâche réactualisée selon des singularités propres à la culture dominante, mais aussi selon des singularités propres à des groupes sociaux donnés. La construction de la forme de l’homme est donc en perpétuelle mutation et aujourd’hui, suite à diverses révélations, révolutions scientifiques (éthologie, écologie, biologie ou encore paléoanthropologie) et techniques (révolution des images et des nouveaux médias), plus que jamais, la nature humaine est sujette aux métamorphoses. La compréhension du phénomène animaliste se situe au coeur de la recherche en tant que ce dernier exprime d’une manière paroxystique les conséquences sociologiques desdites révélations et révolutions. Il est le prisme par lequel cette recherche tâche de rendre compte de ce qui, dans l’esprit du temps, préside dans les relations anthropozoologiques.

 

De la mesure du corps à la politique des corps : une histoire des sciences du travail (1880-1920)

par Marco Saraceno sous la direction de François Vatin et de Claudio Pogliano. – Paris 10

Soutenue le 21-06-2013

à Paris 10 en cotutelle avec l’Università degli studi (Pise, Italie), dans le cadre de Ecole doctorale Economie, organisations, société (Nanterre).

Résumé

A la fin du XIXe siècle, dans le contexte de la mise en place de la société salariale en Europe, émerge un projet positiviste d’étude du travail humain que l’on n’a pas hésité à appeler « ergologie ». Ce projet, qui traversera différentes sciences humaines, cherchait à définir et à encadrer normativement le travail humain en partant de l’étude des potentialités et des limites psycho-physiologiques de l’activité corporelle (fatigue, aptitudes psychomotrices, monotonie, attention..). En ce sens, l’étude psycho-physiologique s’inscrivait dans un projet plus large d’« optimisation » de l’activité humaine (hygiénisme, paix sociale, eugénisme…), en ce sens la connaissance du corps au travail apparaissait comme une partie de la rationalisation de son « usage ». C’est dans cette perspective que certains historiens ont interprété le programme ergologique comme une tentative de « chosification » du corps dont le but serait de le transformer en instrument au service du profit capitaliste et/ou en support du contrôle disciplinaire de l’Etat (Rabinbach, 1992). Or, en observant le développement épistémologique et politique de ce projet « ergologique », on peut s’apercevoir que les tentatives de mesurer et de gérer le corps entendu comme instrument de la production montrent en continuation la nécessité de prendre en compte le choix volontaire par laquelle l’homme définit le but pour de son activité corporelle. En effet, si le travail humain ne peut être défini que comme une activité instrumentale pour atteindre un but « voulu », l’homme serait donc celui qui fait usage de son propre corps pour réaliser un « projet ». Ainsi, mesurer et gouverner les hommes par le travail du corps, tel que cherche à le faire « l’ergologie », n’équivaut pas simplement à réduire celui-ci à un objet malléable, mais également à penser l’activité corporelle instrumentale comme le moment où l’homme définit les objectif de son action en fonctions des différentes contraintes qui déterminent son action vitale.

 

La critique radicale de la science en France : origines et incidences de la politisation de la science en France depuis Mai 1968

par Renaud Debailly sous la direction de Terry ShinnParis 4

Soutenue le 19-01-2010

à Paris 4, dans le cadre de Ecole doctorale 5 Concepts et langages (Paris), en partenariat avec GEMAS (laboratoire) .

 

Résumé

L’idée selon laquelle les citoyens devraient participer à la définition des choix scientifiques et techniques s’est progressivement diffusée en France à partir des années 1980. Cet idéal participatif repose sur le renouvellement de la conception des rapports entre sciences et société. Cette thèse propose d’étudier la genèse de cette nouvelle conception à partir de la critique de la science formulée par des acteurs scientifiques durant les années 1970, et d’établir les liens entre cette critique et la nouvelle sociologie des sciences. La critique est envisagée comme un processus de politisation de la science, c’est-à-dire une requalification de la science en tant qu’activité sociale indifférenciée. Trois axes ont été retenus pour étudier la constitution de cet idéal participatif : les conditions d’émergence de cette critique de la science, sa structuration dans les revues militantes, et ses effets sur des domaines déterminés (la vulgarisation au Seuil, et l’expertise avec les Boutiques de Sciences).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *