Thèses sur l’histoire des SHS soutenues en économie entre 2010 et 2014

Thèses sur l’histoire des SHS soutenues en économie

entre 2010 et 2014

Recensement réalisé par Wolf Feuerhahn

 

Quelques traits caractéristiques de l’émergence d’une « hétérodoxie » : le cas de l’économie écologique

par Isselmou Ould boye (Ould boye) sous la direction de Annie CotParis 1

Soutenue le 08-01-2014

à Paris 1, dans le cadre de École doctorale d’Économie (Paris), en partenariat avec Centre d’économie de la Sorbonne (Paris) (laboratoire) .

 

Résumé

Il s’est agi dans ce travail d’examiner les conditions d’émergence d’un projet « hétérodoxe » dans l’histoire de la pensée économique: l’économie écologique. Nous mettons en avant le rôle précurseur de deux économistes d’après-guerre: Nicholas Georgescu-Roegen (1906-1994) et Kenneth Boulding (1910-1993). Par ailleurs, nous avons voulu mettre en évidence la singularité du discours écologique qui sous-tend l’économie écologique en analysant le paradigme écosystémique qui émerge après la Seconde Guerre mondiale et qui s’impose dans le champ de l’écologie scientifique. Ce travail constitue ainsi un éclairage important sur la préhistoire du courant Ecological Economies.

 

Physiocratie et gouvernementalité : l’œuvre de Lemercier de la Rivière

par Bernard Herencia sous la direction de Loïc Charles et de Jean-Louis Labussière. – Paris 10

Soutenue en 2011

à Paris 10.

 

        RésuméLe physiocrate Lemercier de la Rivière (1719-1801) s’attache à l’articulation de l’économique et du politique à travers la question de la construction politique que nécessite l’idéal économique physiocratique. Il est à l’origine du « despotisme légal » qui le stigmatise comme « branche particulière » de la physiocratie considérée comme école de pensée économique initiée et conduite par François Quesnay. Il mène et superpose trois carrières : juriste, administrateur colonial, écrivain. Hormis, L’Ordre naturel et essentiel des sociétés politiques, le corpus de Lemercier de la Rivière reste quasi-inexploré sauf par Richner pour y trouver des prémisses marxistes et May pour retracer la carrière de l’administrateur. La pensée de Lemercier de la Rivière produit une synthèse physiocratique complète d’une part et une construction politique post-quesnaysienne ambitieuse d’autre part avec un projet constitutionnel novateur en termes de procédures de contrôle de constitutionnalité. Lemercier de la Rivière, garde comme horizon le fonctionnement du marché et la liberté des échanges, mais concentre son travail sur la puissance publique et propose un cadre constitutionnel, fiscal et éducatif, propre à libérer les activités économiques. Il est l’auteur le plus politique de la physiocratie mais son discours politique est resté le plus souvent inaudible aux lecteurs de la physiocratie. La présente recherche est dotée d’une double aspiration : sortir de l’ombre la majeure partie des publications et manuscrits de Lemercier de la Rivière ; mettre au jour les spécificités de sa pensée à l’égard de la physiocratie. Retenant l’idée centrale que l’efficience économique et que la satisfaction des besoins des populations ne peuvent être recherchées et atteintes que dans la stabilité d’une société policée obtenue par un cadre juridico-institutionnel cohérent et pérenne, nous lions notre étude à la conception de Lemercier de la Rivière de la puissance publique. Nous nous attachons à la reconstitution des articulations fondamentales entre le politique et l’économique pour retrouver la cohérence interne de la Physiocratie telle qu’a souhaitée la produire et la faire évoluer Lemercier de la Rivière pour construire une gouvernementalité, au sens de Foucault, une « conduite des conduites » des hommes en jouant de leur autonomie, de leur liberté, un art de gouverner pouvant s’instrumentaliser dans et par la loi. Il s’agit ainsi d’étudier les rationalités qui sous-tendent les pratiques de gouvernement, notamment celle par laquelle l’art de gouverner est structurée par les intérêts du prince. Enfin, une gouvernementalité centrée sur la rationalisation de la puissance publique structurée par un droit positif conforme au droit naturel et par la volonté d’énoncer « les connoissances nécessaires à l’état de Citoyen, [qui] sont précisément les regles de conduite auxquelles chaque Citoyen est tenu de se conformer ». Une première phase de dégage les terreaux de la réflexion de Lemercier de la Rivière (trajectoire d’administrateur colonial, écriture et entrée en physiocratie) pour écrire sa biographie intellectuelle. Une seconde phase étudie les contours et l’organisation de la puissance publique dans sa pensée politique ; il s’agit d’établir comment le physiocrate missionne la puissance publique, en termes de champs et de moyens d’actions. La troisième et dernière phase de notre étude restitue les propositions constitutionnelles de Lemercier de la Rivière, notamment pour les confronter aux modèles alternatifs de Montesquieu et de Rousseau et d’en évaluer la portée dans le dernier quart du XVIIIe siècle.

Crédit, consommation et occupation dans la pensée de Thorstein Veblen

par Alfonso Giuliani sous la direction de Bernard Paulré et de Guglielmo Forges Davanzati. – Paris 1

Soutenue en 2011

à Paris 1 en cotutelle avec l’Università degli studi di Macerata.

Résumé

La thèse vise à faire une reconstruction critique de la théorie monétaire de la production (TMP). Elle peut être attribuée à différentes écoles de pensée, même si elles ont différents fondements théoriques. Il s’agit notamment de l’Ecole de Paris de A. Parguez, F. Poulon, R. Aréna, l’école de Dijon avec B. Schmitt, l’école nord-américaine avec M. Seccareccia, G. Parket-Foster et J. Knodell et l’école italienne de A. Graziani et M. Messori comme principaux représentants. Notre recherche se propose d’analyser l’approche du circuit monétaire élaborée par A. Graziani et cherche à dépasser ses limites, qu’elles soient méthodologiques et analytiques, en utilisant les éléments de l’institutionnalisme de Veblen.

Théorie, bien-être et souveraineté : une étude de la pensée économique et culturelle de Friedrich A. Hayek

par Régis Servant sous la direction de Pierre GarrousteParis 1

Soutenue en 2012

à Paris 1.

Résumé

L’objet de ce travail est d’apprécier la pertinence de la proposition de Friedrich A. Hayek selon laquelle une société libérale, au niveau des ordres économiques et culturel, serait choisie par des citoyens souverains pour assouvir au mieux leur bien-être. Notre thèse est que le libéralisme hayékien peut certainement être dépassé par d’autres systèmes plus susceptibles de satisfaire la population, systèmes que Hayek, soit omet de théoriser, soit évoque pour affirmer à tort que leur mise en oeuvre dérivera vers une société centralement planifiée, déplaisante pour les citoyens.

Éléments pour une théorie morale de la décision : Adam Smith sur le bonheur et la délibération

par Laurie Bréban sous la direction de André LapidusParis 1

Soutenue en 2011

à Paris 1.

Résumé

Cette thèse porte sur l’œuvre d’Adam Smith en relation avec la théorie de la décision individuelle et, plus généralement, avec des questions qui concernent l’économie normative. Elle rassemble cinq essais qui constituent soit des articles en voie de publication, soit des projets d’articles. Ils s’articulent pour faire apparaître, au sein de l’œuvre de Smith, une construction dont les enjeux relèveraient, aujourd’hui, de la théorie de la décision, et qui traverse tant ses écrits plus spécifiquement économiques que sa morale. Après avoir analysé le contenu de la conception smithienne de la sympathie (chap. 1), elle s’appuie sur l’idée d’une sensibilité asymétrique aux événements adverses et prospères (chap. 2) afin de faire apparaître le fonctionnement d’une théorie gravitationnelle du bonheur (chap. 3 et 4). Ces éléments permettent de dégage les caractéristiques d’une théorie morale de la décision capable d’expliquer le comportement économique des acteurs de la Richesse des nations (chap. 5).

Regard historique et épistémologique sur l’évolution du statut des mathématiques dans l’économie, depuis les origines jusqu’à Cournot

par Christian-Joseph Tolla sous la direction de Xavier Peraldi et de Alain Marciano. – Université de Corse

Soutenue en 2010

Résumé

L’économie et les mathématiques sont liées depuis toujours, sans que l’on puisse attribuer d’antériorité à l’une ou aux autres. Dans toutes les grandes civilisations où s’est constituée une hiérarchisation des fonctions, il y a des traces écrites de l’existence de mathématiques. En outre, à chaque stade de développement de l’activité économique, correspondent des outils mathématiques associés à un mode de pensée. Replacée dans le contexte général des connaissances humaines, l’histoire des mathématiques, même fragmentaire, montre comment un simple outil pour l’activité économique a acquis le statut de modèle théorique pour la science économique. Les premiers raisonnements apparaissent avec les philosophes de la Grèce antique et la conceptualisation mathématique, dans la foulée des grandes découvertes du XVIIème siècle, est étroitement associée à la philosophie humaniste qui fait éclore l’économie politique en affirmant l’individu. C’est pour se constituer en science autonome que cette dernière puisera dans les concepts mathématiques ses premiers modèles aux XVIIIème et XIXème siècles. L’utilisation des mathématiques pour clarifier l’exposé des théories économiques a suscité et suscite encore de nombreuses controverses qui portent sur sa légitimité. En tant que mathématicien d’une faculté d’économie, notre projet est d’examiner des phases de la pénétration des mathématiques dans l’économie, en fait de leur interaction. Et de comprendre, par l’exemple de la genèse du concept fonctionnel à partir du numérique, et leur constitution en outil de modélisation de l’économie, comment ces concepts mathématiques, mis en présence du paradigme individualiste économique, ont permis à Cournot de signer l’acte de naissance de l’économie mathématique.

L’ émergence d’un nouveau domaine de savoir : la neuroéconomie

par Nicolas Vallois sous la direction de Annie Lou CotParis 1

Soutenue en 2012 à Paris 1.

 

Résumé

L’expression de neuroéconomie est apparue dans la littérature scientifique il y a maintenant dix ans. La première occurence écrite de ce terme se trouve dans un article publié en 2002 dans The Flame, magazine des étudiants de troisième cycle de lo’université de Claremont ‘Etats-Unis). Le professeur paul zak y affirme que ses recherches, qui se situent aux frontières de l’économie et des neurosciences, relèvent d’une nouvelle discipline, qu’il appelle neuroéconomie (di Petrio, 2002). La même année, une revue académique de sciences de gestion -management Science- fait paraître le compte-rendu d’une véritable expérience de neuroéconomie, réalisée par Kevin McCabe et ses coauteurs, dans lequel le terme de neuroéconomie est utilisé à nouveau: « la démonstration d’une ralation entre l’activité du cerveau et le choix économique observé atteste de la faisabilité d’une science neuroéconomique de la décision » (Smith et al. , 2002, p. 712).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *