Thèse soutenue le 28 novembre 2016, résumé

 

« Aliénés criminels, vicieux, difficiles, habitués des asiles »

Du quartier de sûreté de l’asile de Villejuif  à la première Unité pour malades difficiles française, 1910-1960

Véronique Fau-Vincenti

Thése de l’EHESS dirigée par Marc Renneville et soutenue le 28 novembre 2016

Jury

Vincent Barras, Professeur à la Faculté de biologie et de médecine de Lausanne.

Jacqueline Carroy, Directrice d’études à l’EHESS.

Frédéric Chauvaud, Professeur d’Histoire contemporaine, Université de Poitiers.

Jean-Christophe Coffin, Maitre de Conférences en Sciences de l’éducation, Université Paris 8.

Marc Renneville, Directeur de recherches, CNRS & EHESS.

Résumé

Le 3 mars 1910 a ouvert au sein de l’asile de Villejuif, un « quartier de sûreté » réservé aux « aliénés criminels, vicieux, difficiles, habitués des asiles » Centenaire aujourd’hui, ce lieu fut désigné par diverses appellations à commencer comme la « 3e section de l’asile de Villejuif » avant d’être baptisé le 16 mars 1932 « section Henri-Colin » en hommage à son concepteur et médecin-chef de 1910 à 1921, puis enfin, désignée sous l’acronyme UMD soit Unité pour malades difficiles par décret du 14 mars 1986.

Entre 1910 et 1960, plus de 2500 hommes y ont été internés. La consultation de leurs dossiers individuels renseigne sur différents axes et permet de soulever plusieurs questionnements. À commencer par « qui étaient ces hommes » ? Quels avaient été leurs itinéraires ? De quelles pathologies mentales souffraient-ils ? Comment ont-ils été médicalement pris en charge et pour quels soins ? Quels regards portés sur eux ? Le malade difficile de 1911 avait-il le même profil que celui de 1959 ? Quel était leur quotidien ? Que sont-ils devenus ? Et enfin que nous disent-ils malgré eux sur les attendus de la section au fil des ans et sur l’histoire de la psychiatrie ?

Regroupés sous le qualificatif d’aliénés difficiles par commodité et par euphémisme, l’internement de ces hommes éclaire quant à l’évolution de l’appréhension médico-judiciaire d’individus délinquants ou criminels reconnus aliénés. Le futur quartier est ainsi né sous les auspices d’un compromis y compris sémantique, et le choix du terme « difficile » procédant de l’euphémisme, s’est également fait par analogies avec le terme employé pour les enfants assistés irréductibles comme l’expliquait le Dr Henri Colin en 1912.

D’aucuns de ces médecins-chefs qualifièrent également la section de première réalisation en France d’une idée grandiose, soit l’alliance de la criminologie et de la médecine. L’étude des cas des internés à la section éclaire quant à la porosité entre ces deux domaines appliqués à des patients qui ont protesté contre leur internement alors que d’autres l’avaient souhaité afin de ne pas être condamnés à la relégation et que certains, à la rue, n’ont pu réussir à éviter. À lire les différentes parties, médicales, administratives et politiques, conceptualisant la 3e section, le lot commun des « aliénés difficiles » serait de venir nourrir les troupes d’une armée du crime ou d’une légion d’égarés qui sont autant de menaces et de périls sociaux. Soit des récidivistes de l’internement qui ont résisté aux soins ou des délinquants chroniques insensibles aux condamnations multiples dont ils ont fait l’objet. Dits débiles, déséquilibrés, pervers ou dégénérés se trouvent parmi eux nombre « d’en dehors », d’anciens des colonies pénitentiaires mais aussi des anciens des Bataillons d’Afrique puis aux lendemains de la Première Guerre, d’anciens poilus, mobilisés à la fleur de l’âge et qui n’ont pas « raccrochés » à leur vie d’avant-guerre ou encore des engagés ayant combattus en Indochine dans les années 1950.

Auteurs de vols utilitaires, de grivèleries, de scandales alcoolisés sur la voie publique ou se démarquant par une agressivité verbale ou physique dans des lieux publics ou encore errants de place en place, les « déclassés » en pleine déchéance sont majoritaires à la section. Comme l’exprime le Dr Brousseau, à propos de Jules, placé le 6 avril 1938 : « déséquilibre constitutionnel, paresseux, menteur, alcoolique, chômeur. Déclassé, parasitisme habituel, vagabondage. Arrêté pour avoir frappé des passants, était certainement en état d’ivresse, déchéance sociale et parasitisme, nombreuses condamnations pour abus de confiance ».

Délinquants multirécidivistes, criminels alcooliques mais aussi simulateurs de troubles mentaux, Collaborateurs et fils de bonne famille considérés comme les archétypes de pervers constitutionnels se sont ainsi côtoyés en ce lieu à la fois établissement de défense sociale à la française, infirmerie pénitentiaire et survivance de l’Hôpital général.

L’histoire du quartier de sûreté dit 3e section de l’asile de Villejuif, surnommé le « le bagne des fous » dans la presse de l’entre-deux-guerres permet de dévoiler un pan de l’histoire de la prise en charge psychiatrique entre 1910 et 1960 dans un espace où le mandat sécuritaire a rivalisé avec la mission hospitalière. L’occasion enfin de se demander si la 3e section de l’asile de Villejuif peut être considérée comme l’ancêtre ou comme l’ainée des Unités pour malades difficiles actuelles.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *