Colloque Droit et anthropologie – Bordeaux, 27 et 28 février 2017

Texte de présentation

Pour de multiples raisons, le droit et l’anthropologie entretiennent des rapports difficiles et nullement évidents. Les juristes, dont le travail consiste à édicter, interpréter et appliquer un ensemble de textes normatifs, ne manifestent souvent aucun intérêt particulier à l’anthropologie, indifférente à la bonne conduite des opérations du droit. Le travail technique du juriste se pense, traditionnellement, indépendamment de toute considération culturelle, sociale ou économique.

À l’inverse, le « droit », du moins tel que pourrait l’entendre un juriste, est le plus souvent invisible dans les travaux des anthropologues : il peut être question de parenté, de filiation, de propriété, de pouvoir ou encore de rites (des catégories familières aux juristes) mais le concept de « droit », sa cohorte de règles, la structuration de ces dernières en système et en ordre juridiques sont, quasi-systématiquement, absents de cette production de l’anthropologie, fut-elle sociale et culturelle.

Cette rencontre pluridisciplinaire se propose de revenir sur les liens complexes entre droit et anthropologie. Elle se donne un double but : éclairer l’histoire de l’anthropologie juridique, en mettant en lumière la diversité des formes qu’ont pu prendre les rapports entre science juridique et savoirs anthropologiques selon les époques et les acteurs considérés ; affronter les enjeux contemporains des savoirs anthropologiques sur le droit.

Pour en savoir plus : droit_anthropologie


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *