Colloque – Lectures de Cabanis – Caen

Lectures de Cabanis

Cette journée d’étude consacrée à Cabanis part d’un constat : la spécificité historique et disciplinaire de son œuvre a mis en tension différents types d’interprétation et ce, dès la parution des premiers mémoires des Rapports du physique et du moral de l’homme. Plusieurs facteurs contribuent à expliquer cette réception plurielle.
Tout d’abord l’objet même des Rapports, qui concernent aussi bien la médecine que la philosophie, sans oublier ce que nous appelons aujourd’hui la psychologie, ni l’ambition et la finalité politiques de « ces simples recherches de physiologie ».
La situation historique, ensuite : Cabanis a produit une œuvre charnière, élaborée pour l’essentiel pendant la Révolution. Elle tient compte des grands courants de pensée qui lui sont contemporains – notamment, en philosophie, les travaux de l’école sensationniste – mais elle les ouvre aussi, les prolonge et les modifie. Complétant ainsi le paradigme condillacien, elle semble également, à bien des égards, le bousculer. À cela viennent s’ajouter des contextes de réception, marqués notamment, à partir des années 1820, par les querelles autour de la constitution de la psychologie et par l’avènement de l’école spiritualiste.
Ces raisons font que les différentes réceptions des Rapports dessinent des lignes de lecture très différentes entre elles, qui écrasent ou, au contraire, mettent en avant certains aspects du texte. C’est ainsi qu’une lecture interne et contextuelle (voir par exemple la récente monographie de Mariana Saad) fait apparaître des problématiques absentes ou peu reprises dans d’autres travaux, telles que l’usage du raisonnement analogique, l’importance des sources hippocratiques, ou encore le rôle du médecin dans le développement moral des citoyens. D’autres lectures, en revanche, se focalisent sur les questions du monisme et du dualisme, des impressions inconscientes, des moi partiels et de l’homme intérieur. On peut les inclure, pour la plupart, dans un champ de réflexion que les thèses des Rapports ont contribué à structurer de façon importante, durable, dans lequel sont engagés la constitution plus tardive de la psychologie ainsi que les liens entre l’âme et le corps.

C’est à la variété de ces lectures que nous nous intéresserons. Cette journée d’études ambitionne ainsi de contribuer à une meilleure connaissance de l’œuvre de Cabanis à partir de la diversité de ses réceptions.

Lectures de Cabanis
Programme

Jeudi 11 octobre

14h – 14h 20 Mot d’accueil
14h 20 – 15h Mariana Saad (Paris) : « La réception immédiate de Cabanis en France »
15h – 15h 40 Mariano di Pasquale (Buenos Aires) : « La réception de Cabanis au Rio de la Plata »
15h 40 – 16h Pause
16h – 16h 40 Jean-Paul Ferrand (Caen) : « Schopenhauer lecteur de Cabanis »
16h 40 – 17h 20 Ronan de Calan (Paris I) : « Cabanis outre-Rhin, de la traduction des Mémoires à la Querelle du matérialisme »

19h 30 Dîner

Vendredi 12 octobre

9h – 9h 10 Accueil
9h 10 – 9h 50 Jacqueline Carroy (EHESS) : « Dormir et rêver selon Cabanis. Réceptions et postérités »
9h 50 – 10h 30 Anne Devarieux (Caen-Normandie) : « Maine de Biran et Cabanis »
10h 30 – 10h 45 Pause
10h 45 – 11h 25 Flavien Bertan de Balanda (Paris) : « Deux sciences de l’homme ? Idéologie et Contre-Révolution dans le débat anthropologique du premier xixe siècle »
11h 25 – 12h 05 Laurent Clauzade (Caen-Normandie) : « Auguste Comte et Cabanis : une réception dualiste des Rapports ? »

12h 15 -14 h Déjeuner


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.