Séminaire Histoire des sciences humaines et sociales

Séminaire – Histoire des sciences humaines et sociales

Année 2019-2020

 

Emanuel Bertrand, Jacqueline Carroy, Wolf Feuerhahn, Clémentine Gutron, Nathalie Richard, Serge Reubi.

Centre Alexandre-Koyré, 27 rue Damesme, 75013 Paris, 5e étage.

14 heures – 16 heures

 

Le séminaire d’Histoire des sciences humaines et sociales propose une approche volontairement généraliste du domaine. Les sciences humaines et sociales sont souvent appréhendées selon des historiographies disciplinaires. L’objectif du séminaire est de prendre du recul par rapport à ce type de perspective, en montrant que l’on peut faire par exemple une histoire des partages et des échanges entre science de l’homme, philosophie, médecine, littérature, sciences de la nature, etc. On s’attachera aux pratiques, aux savoirs, aux dénominations et aux acteurs à partir desquels s’est constitué et se constitue le projet d’édifier une ou des sciences prenant l’Homme et les humains comme objet. Soutenu par la Société Française pour l’Histoire des Sciences de l’Homme (SFHSH), ce séminaire est un forum de discussions sur les problématiques actuelles, sur les livres récemment parus, sur le statut et les usages des archives, sur les méthodes et les fonctions d’une approche historique des sciences qui prennent l’humain pour objet. Il s’adresse aux chercheurs, aux doctorants et aux étudiants en histoire des sciences et, plus largement, en sciences humaines et sociales.

25 octobre 2019 : Exceptionnellement, en salle de réunion du 4e étage

Catherine König-Pralong (CAK, EHESS)

L’histoire de la philosophie au croisement des disciplines modernes

L’histoire de la philosophie est une invention des Lumières. Elle s’institutionnalise à la fin du XVIIIe dans un jeu d’entrecroisements avec les sciences naturelles, la linguistique, la géographie, l’ethnologie, l’anthropologie et l’histoire de la culture. Aux XVIIIe et XIXe siècles, les historiens de la philosophie élaborent des récits dans lesquels la rationalité analytique et réflexive est considérée comme la nature de l’Europe. Dans le même mouvement, ils identifient d’autres ensembles culturels perçus comme exotiques, archaïques, médiévaux, hétérogènes (aux sens biologique et culturel) ou prémodernes, à l’instar de la sagesse chinoise, de la pensée sémitique ou des cultures amérindiennes. Ils regardent ces sociétés comme des terrains pour les savoirs empiriques, de la botanique à l’ethnologie, alors que l’Occident se serait construit et réfléchi dans les savoirs théoriques, en particulier la philosophie. L’étude de ces territorialisations culturelles et disciplinaires, qu’accompagnèrent une temporalisation des objets de connaissance et une historicisation des savoirs, permet de mettre en évidence, autour de 1800, un moment d’historicisation et un cultural turn décisifs pour la fabrique du monde contemporain.

 

15 novembre 2019

Olivier Darrigol (SPHERE, Université Paris Diderot)

Le structuralisme sans nom de quatre physiciens-philosophes au XIXe siècle.

On peut aisément identifier des attitudes structuralistes dans la physique théorique du XIXe siècle, bien que l’acception structuraliste du mot « structure » soit en général plus récente. Après une esquisse de l’émergence du structuralisme au XXe (Cassirer, Russell, Eddington, cercle de Vienne, cercle linguistique de Prague), je montrerai en quoi et à quelles fins quatre physiciens (mathématiciens)-philosophes du XIXe, James Clerk Maxwell, Hermann Helmholtz, Henri Poincaré et Pierre Duhem ont anticipé cette manière de théoriser.

 

29 novembre 2019

Sophie A. de Beaune (Université Jean-Moulin Lyon 3 et UMR 7041 ArScAn) et Rémi Labrusse (Université Paris-Nanterre et EA 4414 HAR)

« Préhistoire ». Itinéraires d’un mot dans les champs du savoir et de la création.

Financé dans le cadre du Labex Les passés dans le présent, le projet « Préhistoire ». Interprétations, appropriations et usages contemporains (juin 2017-juin 2019) comportait plusieurs volets dont l’organisation de deux colloques suivis de leur publication. Le premier colloque, intitulé « Préhistoire ». Itinéraires d’un mot dans les champs du savoir a eu lieu les 22 et 23 mai 2018. Il visait à élargir l’appréhension de la préhistoire au-delà des frontières qui lui sont communément assignées, et à rapprocher différents types de discours autour du mot « préhistoire », afin de délimiter les définitions et les usages du mot et des idées qu’il véhicule dans les dispositifs conceptuels de plusieurs disciplines : anthropologie biologique et culturelle, archéologie, histoire, histoire de l’art, études littéraires, philosophie, psychanalyse, théologie… Faisant suite à la cartographie sémantique du terme « préhistoire », le second colloque, intitulé La Préhistoire au présent. Médiations, écritures, images, s’est tenu du 15 au 17 mai 2019 dans trois lieux distincts : le Musée d’Archéologie Nationale, le Musée de l’Homme et le Musée national d’art moderne (Centre Pompidou). Il était consacré à une exploration des différentes appropriations contemporaines de l’idée de préhistoire, qu’il s’agisse de dynamiques créatives individuelles, chez les artistes et les écrivains, ou d’échos collectifs, dans le public, à travers les pratiques de diffusion et de médiation. La troisième journée de ce colloque s’est développée en étroite collaboration avec l’exposition « Préhistoire. Une énigme moderne », qui s’est tenue au Musée national d’art moderne du 8 mai au 16 septembre 2019, sous le commissariat de Cécile Debray, Rémi Labrusse et Maria Stavrinaki. Cette exposition entendait montrer que certains des plus grands artistes de notre temps ont été hantés par la question préhistorique.

 

13 décembre 2019

Fabian Link (Institut für Sozialforschung, Université de Francfort/Main et Université de Wuppertal)

Critical Theory and the Age of Totalitarianism: The “Frankfurt School,” Auschwitz, and the Cold War.

This paper deals with the history of the “Frankfurt School” from 1930, when Max Horkheimer became director of the Institute for Social Research in Frankfurt am Main, to Theodore W. Adorno’s death in 1969, with which the first generation of the “Frankfurt School” ended. The focus is on research practices, the relationship of social research to politics, industry, and the public, and the public reception of social knowledge generated by Horkheimer, Adorno, and other members of the Institute. The paper contextualizes the “Frankfurt School” first in the Weimar Republic (Germany), then in exile during the Nazi regime and World War II (Switzerland, United States), and finally in the early Cold War (West Germany), and follows two theses: The first is that the emigration of the members of the Institute for Social Research and the adaptation to the American scientific and intellectual field they were forced to make resulted in the fragmentation of their original concept of a holistic-collective program of social research developed in Frankfurt am Main during the Weimar Republic into three separated directions: empirical social research, social philosophy, and democratic education policy informed by social knowledge. The paper thus contributes to the current discussion about the characteristics of “Cold War Social Science,” as presented by Mark Solovey and Hamilton Cravens in 2012. Taking the “Frankfurt School” as example, the paper claims that something like a definite social science did not exist during the early Cold War, but rather “social science” was a collective term that consisted of several approaches and practices of social research. The use of the term was a result of the strategies social researchers in West Germany pursued to provide social science as new democratization science that needed state support. The second thesis is that the major works by Horkheimer, Adorno, and others, such as The Dialectic of Enlightenment (1947), The Authoritarian Personality (1950), Minima Moralia (1951), The Group Experiment (1955), and Negative Dialectics (1966), must be regarded as explorations of the age of totalitarianism, of which Auschwitz was the most extreme outcome. Seen from this angle, the “Frankfurt School’s” major aim was the development of a profound critique of totalitarianism as a dominating element of modern society, among which Horkheimer and Adorno not only counted Fascism, National Socialism, Stalinism, and Maoism, but also the consumption industry of Western liberal societies in the twentieth century.

 

10 janvier 2020

Elise Demeulenaere (CAK, CNRS)

Titre et résumé à venir.

 

24 janvier 2020

Journée d’études « Autour de Jean Starobinski »

Les séminaires du Centre Alexandre Koyré intitulés « Histoire des sciences humaines et sociales » et  « Psychologie, psychiatrie et psychanalyse : histoires croisées » ont pour objectif de proposer une histoire décloisonnée des sciences de l’homme et du psychisme. La figure et l’œuvre de Jean Starobinski (1920-2019), professeur à Genève, médecin et critique littéraire, offrent un magnifique terrain d’enquête à une telle pratique de l’histoire. En effet l’objectif de cette journée d’études n’est pas de conforter un  genre littéraire de la « commémoration des grands hommes », mais de s’interroger selon diverses focales sur les passages ou absences de passages entre savoirs, sur la spécificité du contexte intellectuel, académique comme socio-politique de Genève, ou encore sur la place singulière de Jean Starobinski dans les réflexions sur le génocide des juifs. Contextualiser une œuvre qui cherche à passer les frontières disciplinaires, voilà de quoi en retour interroger la pratique de l’histoire des sciences humaines et sociales en général.

Avec les participations de François Azouvi, Vincent Barras, Juan Rigoli, Maria Sàbado Novau, Aldo Trucchio, Fernando Vidal. Le programme précis sera diffusé ultérieurement.

 

7 février 2020

Bruno Quélennec (Fondation pour la Mémoire de la Shoah, SIRICE)

L’antisémitisme au prisme de la Théorie Critique. La Théorie Critique au prisme de l’antisémitisme (1930s-1950s)

Alors que la « première génération » de la Théorie Critique (TC) est aujourd’hui (re)découverte avec enthousiasme en France, certains aspects des travaux de ce qu’on appellera plus tard l’école de Francfort restent encore largement inexplorés aujourd’hui : c’est le cas notamment des études sur l’antisémitisme. Cela ne laisse d’étonner, alors même que les stéréotypes, discours, comportements et politiques antisémites ont fait l’objet d’un traitement théorique et empirique ambitieux au sein de la TC à partir des années 1940. Si on connaît assez bien les Studies in Prejudice, les textes connexes, qui sont pour la plupart restés inédits, n’ont pas encore été pris suffisamment en compte dans les travaux d’historicisation de l’école de Francfort. Or, ils constitueraient selon Eva-Maria Ziege le « missing link » permettant de comprendre les transformations théoriques et les évolutions politiques de la TC, des études sur l’Autorité et la famille (1936) à la Dialectique de la raison (1947). Il semble en effet que c’est la confrontation aux causes, fonctions et mécanismes sociaux spécifiques de l’antisémitisme qui a contraint les chercheurs de l’Institut für Sozialforschung en exil à repenser à plusieurs reprises leur cadre théorique et leur programme interdisciplinaire. La question de l’antisémitisme nazi entraînera ou accompagnera ainsi tout un ensemble de conflits internes et de déplacements théoriques, notamment quant au rôle du marxisme et du freudisme dans la théorie sociale, mais aussi quant à la question de l’articulation entre travail théorique et études empiriques. Symétriquement, ces débats théoriques et méthodologiques auront des répercussions sur leurs conceptions de l’antisémitisme. La présentation cherchera à explorer ses déplacements et débats internes à la TC. L’hypothèse de départ est que la TC a non seulement quelque chose à offrir à la théorie de l’antisémitisme, mais que les théorisations de l’antisémitisme peuvent être aussi prises comme fil directeur pour reconstruire les évolutions de la TC dans les années charnières de l’exil américain.

 

6 mars 2020

François Pouillon (IMAF, EHESS)

Un retour désinvolte (et résolument subjectif) sur l’anthropologie (à propos de Anthropologie des petites choses 1 & 2, Le Bord de l’Eau, Lormont, 2015 et 2019).

Fruit d’un malaise, ou du moins d’un écart, entre l’ethnologie académique et l’expérience personnelle, ces livres ne prétendent vraiment pas réaliser – pardon à Alexandre Koyré – une révolution copernicienne. Pièces détachées de réflexions éparses, témoignant d’expériences personnelles du dépaysement, invoquant des références de tous bois, des pièces de mémoire relevant parfois de l’intime, ils rassemblent dans des abécédaires, des éléments pour une reconsidération de la discipline, possible seulement quand on est confronté à de petites choses – les grandes, les « gros mots », admettent mal, on le leur a reproché, la désinvolture critique.

 

20 mars 2020

Christophe Chandezon, (CRISES, Université Paul-Valéry Montpellier 3), Pierre-Yves Lacour (CRISES, Université Paul-Valéry Montpellier 3)

Le marbre de Choiseul. Autopsie, représentation graphique et méthode épigraphique

Le 26 juillet 1791, devant l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, l’abbé Jean-Jacques Barthélémy présente l’analyse d’une grande inscription grecque gravée à Athènes en 407 av. J.-C., le Marbre Choiseul. Cette pierre inscrite d’une comptabilité publique et sacrée athénienne avait rejoint les collections du comte de Choiseul-Gouffier qui l’avait fait transporter jusqu’à Paris pour que Barthélémy puisse l’examiner par lui-même. Ceux qui, à Paris, à Londres, en Allemagne ou en Italie se livraient à l’étude des inscriptions grecques ne pouvaient alors que très exceptionnellement avoir directement accès à des pierres inscrites et pratiquer une autopsie du monument. La publication du mémoire a lieu en 1792 sous le titre Dissertation sur une ancienne inscription grecque relative aux finances des Athéniens. Barthélémy y pose les bases d’une méthode épigraphique et d’une réflexion sur l’histoire de l’alphabet grec dont il espère tirer un outil de datation des inscriptions. Dans cette démarche, la planche gravée de la pierre joue un rôle central, montrant ce que le savant peut tirer d’une représentation qui se veut exacte des lettres par différence avec les jeux de caractères grecs employés par les imprimeurs. Cette relecture du travail de Barthélémy est aussi l’occasion d’un retour critique sur le grand récit de l’origine de la discipline épigraphique autour des figures de Boekh et Letronne au début du XIXe siècle.

 

3 avril 2020

Caroline Callard (GRIHL, Université Paris-Sorbonne)

Animismes croisés, XVIe-XIXe siècles

Au XIXe siècle E. B. Tylor forge le concept d’animisme afin de définir ce qu’il appelle la « religion primitive ». On s’interrogera sur le rôle joué par les références puisées aux XVIe et XVIIe siècles pour en comprendre la genèse, et plus largement, sur les façons dont les savants du XIXe siècle constituent ces sources en matériau anthropologique. Au delà de l’enquête généalogique, on se demandera pour finir ce qui reste de l’anthropologie des Renaissants au terme de cette grande opération de saisie menée par les savoirs du XIXe siècle. 

 

15 mai 2020

Demi-journée d’études « Carrières de femmes en SHS »

Programme à venir.

 

Télécharger le programme du séminaire

 

 

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.