LPPR – Position de la SFHSH

La Société s’associe au mouvement d’opposition au projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche tel qu’il se dessine et choisit de diffuser sur son site l’éditorial de RHSH, avec laquelle notre société est en partenariat.

Editorial de la Revue d’histoire des sciences humaines, n° 35.

 

Revue en lutte

En cet hiver 2019-2020, la France vit un mouvement social de grande ampleur. Le pouvoir exécutif promeut, sous prétexte d’une plus grande égalité, une réforme des retraites qui, selon toute vraisemblance, conduira à une paupérisation du plus grand nombre. Parallèlement, il prépare une loi de programmation pluriannuelle de la recherche qui aurait notamment vocation à compenser la perte de revenus liée à la réforme des retraites. Peu ou prou, elle s’inscrit dans une démarche accentuant le poids de l’évaluation individuelle et quantitative des recherches, la dévalorisation des engagements collectifs des chercheurs et soutenant le rôle « positif » de la concurrence de tous contre tous. Le Président Directeur Général du CNRS en a défini l’objectif d’une façon particulièrement éloquente : « Il faut une loi ambitieuse, inégalitaire – oui, inégalitaire, une loi vertueuse et darwinienne, qui encourage les scientifiques, équipes, laboratoires, établissements les plus performants à l’échelle internationale. » (Antoine Petit, PDG du CNRS, Les Échos, 26 novembre 2019).

Nos activités en tant que comité de rédaction nous démontrent tout au contraire que la coopération, l’échange, l’écoute, la discussion sont bien plus des vecteurs d’intelligence que la concurrence entre tous. La vie d’un comité de rédaction est celle d’une équipe qui fait primer l’intelligence collective sur la performance individuelle, les débats sur la lutte pour la survie, l’altruisme sur le carriérisme. Notre refus de la mise en concurrence repose aussi sur des valeurs de dialogue et d’accompagnement au bénéfice de nos auteurs et autrices. Il y a là une autre forme de coopération qui est un gain pour eux comme pour l’ensemble de leurs lecteurs.

Au-delà des principales pommes de discorde du moment, le mouvement social actuel a des racines plus anciennes, plus profondes. Depuis bientôt trente ans, les seules réponses imaginées par les décideurs politiques à une crise socio-économique qui n’en finit pas sont l’effritement progressif du « modèle social » français, le lent rognage de la fonction publique, l’affaiblissement des principes de régulation (relativement) égalitaire des disparités socio-économiques et géographiques, la généralisation d’un néo-managérialisme qui isole les individus tout en leur déléguant une autonomie illusoire et pesante, la dénonciation des « privilèges » gagnés dans les luttes sociales du xxe siècle, etc. Peut-on dès lors s’étonner que la société française soit affectée par un malaise et une colère grandissants ?

Dans le domaine de l’enseignement supérieur et de la recherche, la loi sur l’autonomie des universités (LRU, 2007) a été la pierre angulaire d’un désengagement budgétaire de l’État et d’un renforcement progressif des formes de contrôle par le haut des unités de recherche. La politique menée depuis 2004 a multiplié les agences d’évaluation et de financement supposément indépendantes et amoindri les crédits propres des laboratoires au profit d’un pilotage relativement autoritaire et par trop sensible aux aléas conjoncturels (sinon aux modes) et aux hiérarchies et situations pré-établies. C’est peu de dire au reste que les « gouvernants » nourrissent une obsession morbide pour les classements internationaux, dont ils valident implicitement l’axiologie et les modèles soi-disant « gagnants », dans l’oubli de leurs conditions historiques et socio-économiques de production. Les chercheurs et universitaires français sont précaires de plus en plus longtemps et évalués quand statutaires avec des grilles étriquées, qui font la part belle aux entrepreneurs de carrière et autres stratèges. Fort étrangement, l’agenda politique actuel fait écho à l’idéologie régnante dans les années 1945-1981, qui considérait la précarité comme une condition nécessaire de la créativité de la recherche, et cela malgré tous les démentis qui lui ont été apportés par des contre-exemples historiques (les années 1980-1990) ou des travaux systématiques.

Notre revue n’est pas une revue d’intervention sociale et politique. Néanmoins, en traitant de l’histoire des sciences humaines et sociales, elle s’empare de pratiques et de positions qui ne sont jamais étanches aux débats qui agitent la vie sociale. Indirectement, travailler sur l’histoire de ces sciences revient à offrir au lecteur le moyen de voir les enjeux sociaux, économiques, politiques autant que scientifiques qui les traversent. Les configurations, problèmes et enjeux du passé tendent en outre un miroir à notre présent qui, à défaut d’être nécessairement une balise, donne à réfléchir. C’est que nous n’avons pas vocation à dire ce qu’il faut penser, ni faire, mais à susciter la réflexion, la prise de distance sur des sciences parties prenantes du monde social.

Le dossier « Carrières de femmes » que nous publions aujourd’hui illustre parfaitement cet objectif. En étudiant les trajectoires des femmes dans les sciences humaines, sociales et médicales, en tentant d’en cartographier les spécificités, nous nous efforçons de mettre en perspective ce qui a longtemps constitué une évidence implicite de ces disciplines : le destin des femmes n’était pas de faire carrière dans un univers professionnel.

Il nous semblerait contre-productif de nous mettre en grève. Notre revue est typiquement le genre de publication dont se moquent les technocrates qui nous gouvernent, le symbole du travail inutile qui ne mérite pas d’être soutenu. Il nous paraît donc au contraire que continuer à publier était un acte de résistance, notre manière de dire que nous nous inscrivons dans le mouvement social en cours, tant d’un point de vue catégoriel (en ce qui concerne les réformes de l’enseignement supérieur et de la recherche) que plus globalement (contre l’autoritarisme soi-disant « réformiste » de nos gouvernants actuels).

Il convient enfin d’ajouter que le comité de rédaction de la revue est aux premières loges pour constater la généralisation de l’expérience de la précarité, qui touche à la fois les « petites mains » des maisons d’édition publiques et des plate-formes comme OpenJournals, et une partie de ses membres, dont plusieurs ne sont pas statutaires, suite à l’érosion des postes stables et du fait de l’indifférence généralisée pour l’histoire des sciences humaines, qui ne concerne pas du reste que les comités institutionnels. Il soutient de ce fait toutes les initiatives visant à combattre les politiques qui promeuvent et les discours qui flattent à la fois l’état de fait et le développement de ces conditions précaires.

 

Le comité de rédaction de la Revue d’histoire des sciences humaines


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.