Vient de paraître

L’argent de l’influence. Les fondations américaines et leurs réseaux européens
Ouvrage collectif sous la direction de Ludovic Tournès
Paris, Autrement, collection mémoires/culture, 208 p.
18 euros
ISSN : 1157-4488. ISBN : 978-2-7467-1441-0

Du début du XXe siècle à la chute du mur de Berlin, les grandes fondations
philanthropiques américaines (Carnegie, Rockefeller, Ford, puis Soros) n’ont
pas cessé d’être présentes en Europe et d’y tisser de multiples réseaux dans
les milieux intellectuels, scientifiques et politiques. Fondées par de
grands industriels symboles du capitalisme américain, ces fondations sont à
la fois porteuses d’un projet de société libérale et partisanes d¹une
régulation des excès du capitalisme. Du fait de ces objectifs
contradictoires, la nature de leurs actions en Europe dépend du contexte
géopolitique : avant 1914 et pendant l’entre-deux-guerres, elles jouent le
rôle de ciment entre les milieux pacifistes européens et américains ; avec
la guerre froide, elles embrassent la bannière de la lutte contre le
communisme. Présentes là où l’État américain ne l’est pas encore, ne l¹est
plus ou ne veut pas l’être officiellement, elles occupent une place à part
dans la diplomatie américaine, dont elles ne contredisent jamais
formellement les orientations, mais par rapport à laquelle elles s’accordent
un degré d’indépendance plus ou moins important selon le contexte
international. L’ouvrage met en scène la diversité des actions des
fondations américaines en Europe tout au long du XXe siècle. Alors que leur
fonctionnement et leurs objectifs restent souvent objet de fantasmes, on les
verra opérer sur le terrain et constituer des réseaux denses et durables.
 
Ludovic Tournès, coordinateur de l’ouvrage, est professeur d’histoire des
relations internationales à l’université Paris Ouest Nanterre La défense.
Avec la collaboration de Frédéric Attal, Kenneth Bertrams, Diane Dosso,
Nicolas Guilhot, Helke Rausch, Pierre-Yves Saunier, Marie Scot.
 
  
Table des matières
Introduction
Carnegie, Rockefeller, Ford, Soros : Généalogie de la toile philanthropique
 
Chapitre 1
la Dotation Carnegie pour la paix internationale et l¹invention de la
diplomatie philanthropique (1880-1914).
 
Chapitre 2
De l’action humanitaire à la recherche scientifique : Belgique, 1914-1930
 
Chapitre 3
Rockefeller, Gillet, Lépine and Co.: une joint venture transatlantique à
Lyon (1918-1940)
 
Chapitre 4
Rockefeller’s Baby : la London School of Economics et la recherche
économique dans l’Angleterre de l’entre-deux-guerres
 
Chapitre 5
La deuxième guerre mondiale et l¹exode des scientifiques aux Etats-Unis
 
Chapitre 6
Allemagne, année zéro ? Dénazifier et démocratiser (1945-1955)
 
Chapitre 7
Reconstruire l’Europe intellectuelle : les sciences sociales en Italie,
1945-1970
 
Chapitre 8
Un réseau d’amitiés agissantes : les deux vies de la Fondation pour une
entraide intellectuelle européenne (1957-1991)
 
Conclusion
Entre soft power et société civile : un siècle de diplomatie philanthropique
en Europe


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.