Colloque de la SFHSH – Appel à communications

Colloque de la SFHSH – Histoire des sciences humaines et sociales

Paris, 5-6 novembre 2015

 

De nombreux travaux de recherches, souvent isolés, ont porté et portent sur l’histoire des sciences humaines et sociales. En France, une société (la Société Française pour l’Histoire des Sciences de l’Homme, SFHSH) et une revue (La Revue d’histoire des sciences humaines) ont entrepris depuis plusieurs décennies de donner à ce domaine de recherche une consistance intellectuelle qui fasse apparaître des thématiques émergentes, souvent transversales aux disciplines des sciences humaines et sociales contemporaines.

Emanant de la SFHSH, cet appel à communication vise à renforcer la visibilité des recherches en histoire des sciences humaines et sociales et à susciter échanges et dialogues entre jeunes chercheurs et chercheurs confirmés qui travaillent souvent dans des institutions ou des disciplines distinctes. Au cours de ces échanges, des problématiques et des objets nouveaux pourront émerger, tandis que des objets déjà étudiés pourront être revisités.

Les propositions de symposium et de communications pourront porter sur les pistes de recherche et de problématisation suivantes (liste non limitative) :

-Enquêtes et terrains.

-Usages et applications. Des sciences pour l’action.

-Acteurs et actrices.

-La question des frontières des sciences humaines et sociales. Arts, littérature, sciences de la nature etc.

-Pratiques, méthodes, cultures matérielles des sciences humaines et sociales.

-Historicité, sources, historiographies des sciences humaines et sociales.

-Institutions

-Circulations, réceptions, appropriations

 ++++++++++

Les propositions de symposiums (trois à cinq participants) devront comporter une présentation générale de la thématique (une page environ accompagnée d’une courte bibliographie, quelques lignes de présentation de l’auteur) et les résumés de chaque communication (une page environ accompagnée d’une courte bibliographie, quelques lignes de présentation de l’auteur)

Les propositions de communication hors symposium comporteront une page environ, accompagnées d’une courte bibliographie et quelques lignes de biographie de l’auteur.

++++++++++++

Ces propositions devront être adressées à la fois à Jacqueline Carroy (secrétaire de la SFHSH) et Nathalie Richard (présidente de la SFHSH) pour le lundi 20 juin 2015.

jacqueline.carroy@wanadoo.fr

Nathalie.Richard@univ-lemans.fr

 

Le conseil d’administration de la SFHSH est le comité scientifique du colloque. Il examinera les propositions en juin 2015 et fera connaître ses réponses aux participants en juillet 2015.

Composition du conseil scientifique du colloque : Jacqueline Carroy,  Anne-Sophie Chambost, Laurent Clauzade, Jean-Christophe Coffin, Stéphanie  Dupouy, Wolf Feuerhahn, Hervé Guillemain, Nathalie Richard.

 

Frais d’inscription au colloque :

Non membres : 40€

Membres de la SFHSH à jour de leur cotisation : 10€

Étudiants : 10€

Assemblée générale de la SFHSH – 22 mai 2015

 

La prochaine AG de la Société Française pour l’Histoire des Sciences de l’Homme  (SFHSH) aura lieu le Vendredi 22 mai  2015 de 17h 15 à 19h, salle  015, RDC, École des Hautes é-Études en Sciences Sociales, 190 avenue de France, 75244 Paris cedex 13 (Métro Bibliothèque François Mitterrand ou Quai de la gare, bus 89).

Auparavant, de 15 à 17h, vous êtes conviés à participer au séminaire « Histoire des sciences humaines et sociales », qui aura lieu, dans ce même lieu, salle 1 RDC (Thomas Hirsch (EHESS, CRH-GEHM) : Une vie posthume : inventions et réinventions de Maurice Halbwachs 1945-2015 )

Le CA de la SFHSH doit être renouvelé lors de cette AG. Si vous souhaitez vous présenter, il faut envoyer une déclaration de candidature à Jacqueline Carroy (jacqueline.carroy@wanadoo.fr) avant le 15 mai. Pour faire acte de candidature et participer au vote, il faut être à jour de sa cotisation  (voir ci-dessous)

Ordre du jour de l’AG :

-Rapport financier

-Rapport moral

-Election du CA de la SFHSH

-Préparation du colloque SFHSH

-Propositions de colloques, de journées d’études

-Reparution de la Revue d’histoire des sciences humaines

-Demandes de financements

-Questions diverses

 ++++++++++++

Les chèques d’adhésion pour 2015 sont à adresser à la trésorière Stéphanie Dupouy sdupouy@unistra.fr : 30 bis, rue Sorbier 75020 Paris. Les adhésions peuvent également être effectuées par virement au compte bancaire de la SFHSH : Société générale, Agence Paris-Sorbonne, 27 boulevard Saint-Michel, 75005 Paris, Compte n° 000037262744 18. (Code Banque : 30003; Agence : 03080; N° du compte : 00037262744; Clé : 18; IBAN : FR7630003030800003726274418).

Cotisation annuelle :Institutions: 45 euros – Membres ordinaires: 30 euros – Étudiants: 15 euros (sur présentation d’une photocopie de la carte d’étudiant)

 

Séminaire “Histoire des sciences humaines et sociales”, vendredi 30 janvier 2015

La prochaine séance du séminaire “Histoire des sciences humaines et sociales” se tiendra le vendredi 30 janvier, de 15h-17h à l’EHESS (bâtiment le France, salle 1 (RdC)).

 

A l’occasion de la reparution de la Revue d’Histoire des sciences humaines, nous aurons le plaisir d’écouter Olivier Orain (CNRS) et plusieurs contributeurs du numéro 26 dont le dossier est consacré à :

« Les ‘années 68′ des sciences humaines et sociales ».

EHESS – 190, avenue de France, Paris 13e – salle 1, RdC

La Revue d’histoire des sciences humaines reparaît

 

La Revue d’histoire des sciences humaines a été créée en 1999. Elle défend une approche transversale de l’histoire des sciences de l’homme, sans pour autant négliger les opérations disciplinaires qui ont émaillé leur développement. Refusant d’entériner les canons et les traditions, elle cherche à les resituer dans leur configuration historique en faisant varier les échelles d’analyses. Chaque numéro est composé d’un dossier thématique, d’un document, de varias et de recensions qui ont tous vocation à renouveler les méthodes et les questionnaires en usage.

 

• ISSN : 1622468X

• 2 numéros par an (abonnement annuel : 34 euros ; prix au numéro : 24 euros)

 

• Voir le site des Publications de la Sorbonne : http://www.publications-sorbonne.fr/fr/revues/rhsh/

 

• Revue soutenue par le Centre Alexandre Koyré (UMR 8560), le Centre d’études et de recherches sur l’espace germanophone (EA 4223) et la Société Française pour l’Histoire des Sciences de l’Homme (SFHSH)

 

Numéro 26 : Les ‘années 68’ des sciences humaines et sociales

Dossier édité par Olivier Orain

L’étude de Mai 68 a été profondément renouvelée depuis 20 ans. Mais en matière d’histoire des sciences humaines, on en est resté à des évidences : pour certains, il ne fait pas de doute que la physionomie du champ a été bouleversée, pour d’autres ce n’est qu’écume à la surface d’un océan. Les contributions réunies dans ce volume prennent au sérieux la question de l’incidence des « années 68 » sur les parcours des individus, des groupes et des disciplines, participant de ce que l’on n’appelait pas encore les « SHS » (sciences humaines et sociales). La focale varie d’un article à l’autre. Elle est micro historique quand elle s’attache à des lieux, des revues, des institutions, saisis dans leur singularité. Elle adopte une échelle disciplinaire quand, dans le cas de la géographie, les « événements » allemands et français sont mis en parallèle. Le dossier se fait l’écho des intenses débats et remises en question qui ont alors eu lieu dans d’innombrables mondes sociaux ou professionnels, humeur à laquelle les scientifiques n’ont pas échappé. Il dépeint une époque passionnément attachée aux expériences collectives, éphémères ou pérennes, à rebours d’un cliché trop rabâché sur l’individualisme que notre époque aurait hérité de 68. Au détour d’analyses générales, c’est toute la force du verbe et l’inventivité de l’image que l’on a tenté de convoquer, dont les « années 68 » ont été particulièrement prodigues.

Éditorial
Wolf Feuerhahn et Olivier Orain

Dossier : Les « années 68 » des sciences humaines et sociales

Introduction
Olivier Orain

Excellence sociologique et « vocation d’hétérodoxie » : Mai 68 et la rupture Aron-Bourdieu
Marc Joly

Mai 68 et la sociologie. Une reconfiguration institutionnelle et théorique
Patricia Vannier

Critique et discipline. Les convergences entre la critique radicale et la sociologie des sciences à partir de Mai 68
Renaud Debailly

Mai 68 et la sociologie des sciences. Les revues sur les sciences et la société, symptôme des restructurations disciplinaires
Mathieu Quet

La psychosociologie des groupes aux sources de Mai 68 ?
Annick Ohayon

Les deux 68 de la psychiatrie
Jean-Christophe Coffin

La revue Actes : le droit saisi par le regard critique dans le sillage de 68
Liora Israël

Architecture et sociologie : matériau pour l’analyse d’un croisement disciplinaire
Olivier Chadoin et Jean-Louis Violeau

Les « enfants terribles » de la Landschaft. Revendications, contestations et révoltes dans la géographie universitaire ouest-allemande (Bonn, Berlin-Ouest, Kiel) en 1968-1969
Nicolas Ginsburger

Mai 68 et ses suites en géographie française
Olivier Orain

Une fertilisation paradoxale. Bilan historiographique de l’incidence de Mai 68 sur les transformations des sciences de l’homme et de la société dans les années 1960-1970
Olivier Orain

Document : Propositions destructives

À propos de « Propositions destructives »
Olivier Orain

Varia

Convergences, transferts et intégrations entre sciences du langage, sciences et ingénierie en temps de guerre et de guerre froide (1941-1966)
Jacqueline Léon

Comptes rendus

Singaravélou (Pierre), Professer l’Empire. Les « sciences coloniales » en France sous la IIIe République (Ricardo Roque)

Bert (Jean-François), L’atelier de Marcel Mauss. Un anthropologue paradoxal (Anne Collinot)

 

APPEL À CONTRIBUTIONS

L’Année sociologique

Revue fondée par Émile DURKHEIM, publiée depuis 1898

TROISIÈME SÉRIE

Directeur de la publication : Pierre DEMEULENAERE

 

APPEL À CONTRIBUTIONS – Numéro thématique

“Le social avant la sociologie. Comment relire la pensée sociale du XIXe siècle ?”

Sous la direction de François VATIN

Volume 67 / 2017 – numéro 2

 

Argument

On situe communément l’avènement de la sociologie dans les dernières années du XIXe siècle. Le cas français est particulièrement significatif, avec la publication en 1895 des Règles de la méthode sociologique d’Émile Durkheim. À tort ou à raison, le geste fondateur durkheimien, plus ou moins transposé dans les autres traditions intellectuelles nationales, a conduit à rejeter dans les ténèbres d’une « préhistoire » de la sociologie, la pensée sociale qui l’avait précédée sous des noms divers : science sociale, physiologie sociale, philosophie sociale, physique sociale, etc. L’objet de cet appel à contributions n’est pas de réhabiliter des traditions oubliées, de nier la rupture qui s’est opérée à la fin du XIXe siècle ou de minorer l’importance de l’enquête dans l’investigation sociologique. Il est de réfléchir à la pertinence que peut avoir, pour le sociologue contemporain, la lecture des oeuvres qui précèdent le moment conventionnellement admis de la naissance de la sociologie. Le cas français est emblématique en raison, tant de la richesse de la pensée sociale dans ce pays au XIXe siècle, que du caractère particulièrement net de la rupture durkheimienne. Mais les autres traditions nationales européennes méritent d’être étudiées dans cet esprit : celle de la Grande-Bretagne marquée par la pensée économique libérale ; celle de l’Allemagne avec les sciences camérales et le « socialisme de chaire », celle de l’Italie, au carrefour des cultures intellectuelles française et allemande …

Une présentation plus détaillée de cet argument est disponible sur la page de L’Année sociologique sur le site web des PUF.

La coordination de ce numéro thématique sera assurée par François VATIN (Université Paris Ouest Nanterre-La Défense).

 

Soumission des articles

Nous invitons les auteurs intéressés à soumettre une note d’intention d’au plus une demi-page avant le 30 septembre 2015 en l’adressant au coordonnateur de ce numéro, et au secrétariat de la revue (voir les coordonnées plus bas), et à consulter les règles générales de soumission des articles et la charte de mise en forme à l’adresse suivante :

http://www.puf.com/L’Année_sociologique

Les notes critiques et les comptes rendus seront les bienvenus .

Note : Les articles reçus seront soumis préalablement au coordinateur du numéro ; ceux retenus feront l’objet d’une évaluation en « double aveugle » par trois referees avant examen par le comité de rédaction réuni en séance plénière.

 

Calendrier

Note d’intention (1/2 page) : 30 septembre 2015.

Articles en 1ere version : 31 décembre 2015.

Notification de la décision du comité de rédaction : mai 2016

Articles revus : 30 septembre 2016

Séminaire “Histoire des sciences humaines et sociales”, 12-12-2014

La prochaine séance du séminaire, “Histoire des sciences humaines et sociales” se tiendra le vendredi 12 décembre, de 15h-17h.

Tiziana Beltrame, “Transférer les collections du Musée de l’Homme au Musée du Quai Branly : un nouveau régime de patrimonialité”.

EHESS – 190, avenue de France, Paris 13e – salle 1, RdC

Vient de paraître

Vient de paraître, dans la collection « Les Carnets de Bérose », l’ouvrage d’Éric Jolly :

 

Démasquer la société dogon. Sahara-Soudan, janvier – avril 1935

 

Deux ans après le retour de Dakar-Djibouti, Marcel Griaule prend la direction de la mission Sahara-Soudan afin de compléter les recherches et les collectes effectuées en pays dogon. Malgré sa brièveté, cette expédition transsaharienne est toujours conçue comme une exploration aventureuse de sociétés africaines incarnant, aux yeux des ethnographes, une tradition originelle à archiver dans l’urgence. En revanche, les objectifs et les méthodes d’enquête ont évolué. Pour ce second séjour en pays dogon, Griaule et ses collègues ne visent plus l’inventaire exhaustif d’une culture, mais la découverte d’objets et de secrets millénaires cachés au fond de grottes ou de « sanctuaires » systématiquement fouillés (après leur repérage aérien ou terrestre). Cette nouvelle orientation – pénétrer au cœur des mythes et du « sacré » – ne se prête guère à la pluridisciplinarité, favorise l’émergence d’informateurs privilégiés et annonce les futurs engagements de Marcel Griaule pour promouvoir et sauvegarder les traditions d’une Afrique authentique dont il serait à la fois le spécialiste et le porte-parole.

 

Cet ouvrage est le quatrième volume d’une collection éditée électroniquement par le Lahic et le département du Pilotage de la recherche et de la politique scientifique de la Direction générale des patrimoines (ministère de la Culture), et fait partie d’une série consacrée aux missions, enquêtes et terrains des années 1930. Il peut être téléchargé librement, au format PDF, sur le site BÉROSE (Base d’études et de recherches sur l’organisation des savoirs ethnographiques en Europe), à l’adresse suivante :

http://www.berose.fr/spip.php?article592.

 Anthropologue, Éric JOLLY est chargé de recherche au CNRS et membre de l’IMAf (Institut des Mondes Africains). Ses travaux les plus récents portent notamment sur l’histoire de l’ethnologie française et sur la circulation mondiale d’emblèmes culturels dogon, avec pour socle commun à ces deux études une analyse des productions graphiques et scientifiques de l’École Griaule.

Journées Jeunes chercheurs en histoire des sciences et des techniques – 28 et 29 novembre 2014

Journées Jeunes chercheurs en histoire des sciences et des techniques

Organisées par la SFHST, la SHESVIE, la SFHSH, le CoFrHiGeo et le Club de la Chimie

Lieu : École normale supérieure, Paris Ve

(Entrée libre)

Chaque communication aura une durée de 20 mn et sera suivie de 10 mn de discussion.

Vendredi 28 novembre 2014

– Salle Dussane, 45 rue d’Ulm –

Matinée

9h00 : Charles Braverman (Université de Lorraine ; Archives H. Poincaré, UMR 7117 CNRS), André-Marie Ampère : savant et philosophe post-kantien ?

9h30 : Thibaud Trochu (Université Paris I Panthéon-Sorbonne), Raisons d’un changement de méthode, dela philosophie à l’histoire des sciences. Comment aborder l’œuvre de William
James (1842-1910) ?

10h : Pause d’un quart d’heure

10h15 : David Thomasette (Université de Lorraine ; LHSP), Du pluralisme critique au réalisme sceptique : sur le dernier ouvrage de Jules Vuillemin.

10h45 : Marie Fisler (Musée national d’histoire naturelle), Histoire de la métaphore de l’arbre dans les sciences naturelles

11h15 : Pause d’un quart d’heure

11h30 : Pascal Bertin (Université Paris-Diderot ; Sphere), Le “cas” Hausdorff : du formel sans formalisme ?

12h00 : Adrien Vila-Valls (Université Lyon I), Louis de Broglie et la diffusion de la mécanique quantique en France.

 

Déjeuner libre (12h30-14h)

 

Après-midi

14h00 : Laure Miolo (Université Lyon II, CIHAM : UMR 5648 / BnF), De l’histoire des bibliothèques à l’histoire des sciences : aspects et problèmes de la reconstitution du fonds scientifique du collège de Sorbonne (XIIIe-XVe siècles).

14h30 : Arthur Henaff (EPHE ; SAPRAT EA 4116), Peintre en astrologie? Sur la trace des illustrateurs de quelques manuscrits de la fin du Moyen Âge en Europe centrale.

15h00 : Pause d’un quart d’heure

15h15 : Maria Sorokina (Université Paris-Est Créteil ; CRHEC : EA 4392), Les commentaires des Sentences de Pierre Lombard : une source pour l’étude des spéculations théologiques et scientifiques autour de l’influence céleste (XIIIe-XIVe siècle).

15h45 : Arnaud Sibille (Université Paris IV Sorbonne ; Sens, Texte, Informatique, Histoire : EA 4509), Les versions françaises de la géomancie de Guillaume de Mœrbeke : enjeux de l’édition critique des manuscrits médiévaux pour l’histoire de la langue et l’histoire des sciences.

16h15 : Pause d’un quart d’heure

16h30 : Remise du prix de la SFHST à Laetitia Loviconi (EPHE ; SAPRAT : EA 4116) pour sa thèse Physiologie et pathologie de la respiration dans les œuvres médicales des XIVe-XVe siècles.

17h00 : Assemblée générale de la SFHST (fin de la réunion : 18h).

 

 

 

Samedi 29 novembre 2014

– Salle Jules Ferry, 29 rue d’Ulm –

Matinée

9h00 : Nicolas Maughan (Université Aix-Marseille ; I2M : UMR CNRS 7373), Questions historiques et obstacles méthodologiques liés aux études rétrospectives de la qualité de l’eau : le cas de la ville de Marseille (XVIIIe-XIXe siècles).

9h30 : Mathieu Fernandez (CNAM ; HT2S), La terre et les eaux en milieu urbain : dynamiques longues et humaines.

10h00 : Pause d’un quart d’heure

10h10 : Marcin Krasnodębski (Université de Bordeaux ; SPH : EA 4574), L’histoire de la normalisation de l’essence de térébenthine

10h45 : Françoise Dreyer (Université de Nantes ; Centre François Viète), Le Danien, entre craie et terrains tertiaires, révélateur de l’importance relative des critères géologiques et paléontologiques, entre 1825 et 1850.

11h15 : Pause d’un quart d’heure

11h30 : Philippe Martin (Université de Nantes ; Centre François Viète), Innovation et qualité de produit : l’exemple du « guano artificiel » d’Edouard Derrien, fabricant d’engrais à Nantes.

12h00 : Sophie Lefeez (Université Paris I ; CETCOPRA), De l’utilité de l’histoire dans une étude sociale contemporaine non-historique. Le cas de l’étude de la complexité technique des armements contemporains en socio-anthropologie.

12h30 : Joëlle Petit (CNAM) : le rayonnement des marbriers wallons (1800-1920).

Déjeuner libre (13h00-14h00)

 

Après-midi

14h00 : Aurélie Mabille (Université Orsay Paris-sud 11 ; GHDSO : EA 1610), Mathématiques, modernité et enseignement : Lieux et rhétorique des discours des mathématiciens dans les années 1950.

14h30 : Thomas Hirsch (EHESS ; GEHM / TEPSIS), La question disciplinaire : faire l’histoire des sciences de l’homme de la première moitié du XXe siècle

15h00 : Pause d’un quart d’heure

15h15 : Matteo Vagelli (Université Paris I Panthéon-Sorbonne ; PhiCo : EA3562), Les styles scientifiques : la relation de I. Hacking à l’histoire philosophique des sciences de M. Foucault.

15h45 : Sébastien Dutreuil (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; IHPST : UMR8590), Qui s’intéresse à l’hypothèse Gaïa ? Un cas d’étude pour le problème de la démarcation.

16h15 : Pause d’un quart d’heure

16h30 : Karine Le Jeune (Université de Nantes ; Centre François Viète), Une histoire de l’épilepsie aux XIXe et XXe siècles. Définition et développement d’une pathologie entre neurologie et psychiatrie.

17h00 : Thibault Racovski (Université d’Exeter, Egenis ; Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, IHPST : UMR8590), Le problème de la nouveauté évolutionnaire, étude d’épistémologie de l’évo-dévo.

17h30 : Solène Lellinger (Université de Strasbourg ; SAGE : UMR 7363), Accidents médicamenteux et remise en question du savoir médical : le cas du Mediator (benfluorex) et des valvulopathies médicamenteuses.

18h00 : Clôture des journées Jeunes Chercheurs

Vient de paraître

Vient de paraître, dans la collection « Les Carnets de Bérose », l’ouvrage de Christine Laurière :

 

L’Odyssée pascuane. Mission Métraux-Lavachery, Île de Pâques, 1934-1935

 

 

 

Portée sur les fonts baptismaux par une hypothèse sensationnelle qui laissait augurer la découverte d’une écriture néolithique, la mission franco-belge Métraux-Lavachery à l’île de Pâques tint toutes ses promesses, mais d’une façon inattendue qui mit en déroute ses parrains en ce qu’elle les désavoua. Alfred Métraux et Henri Lavachery accostèrent fin juillet 1934 dans un lieu lourdement chargé d’histoires, indigène, coloniale, scientifique, qui s’enchevêtraient étroitement pour conférer à l’île de Pâques le statut de paradis perdu, a fortiori pour des ethnologues avides de pureté culturelle, d’authenticité inviolée. En 1934, les deux savants eurent affaire à une société déjà très ethnologisée, un « vieil os rongé » (Métraux) qui mettait au défi l’impératif de sauvetage ethnographique à la racine de toute mission ethnographique dans ces premières décennies du XXe siècle. C’est peu de dire que les conséquences des terribles exactions perpétrées dans les années 1860, la situation coloniale de l’île de Pâques, son statut de lieu mystérieux qui aimante explorateurs et savants, affectaient puissamment la façon dont le savoir ethnographique était recueilli auprès des informateurs indigènes – tout autant que la nature même de ce savoir.

Valorisant de nombreuses archives inédites, cet ouvrage fait une large place à la restitution du déroulement pratique de la mission, insistant tout particulièrement sur la qualité de la relation ethnographique nouée avec Juan Tepano et Victoria Rapahongo. Il rappelle l’importance des recherches archéologiques et ethnologiques menées par Alfred Métraux et Henri Lavachery en les resituant dans leur contexte, la vigueur de la polémique sur la nature du rongorongo, et le statut ambigu accordé à la production contemporaine d’objets d’art pascuan.
Comptant parmi les missions ethnographiques françaises des années 1930 effectuées hors du pré colonial français, la mission Métraux-Lavachery propulsa définitivement les études rapanui sur une orbite scientifique internationale.

Cet ouvrage est le troisième volume d’une collection éditée électroniquement par le Lahic et le département du Pilotage de la recherche et de la politique scientifique de la Direction générale des patrimoines (ministère de la Culture), et fait partie d’une série consacrée aux missions, enquêtes et terrains des années 1930. Il peut être téléchargé librement, au format PDF, sur le site BÉROSE (Base d’études et de recherches sur l’organisation des savoirs ethnographiques en Europe), à l’adresse suivante :

http://www.berose.fr/spip.php?article594.

 

Anthropologue, chargée de recherche au CNRS, membre de l’Institut interdisciplinaire de l’anthropologie du contemporain (équipe Lahic), Christine LAURIÈRE enseigne à l’EHESS. Spécialiste de l’histoire de l’anthropologie, elle est l’auteur de Paul Rivet (1876-1958), le savant et le politique, Paris, Publications scientifiques du MNHN, 2008.